Michel Barlow – Au Bonheur des anges (Recueil de contes)

Pourquoi j’ai écrit ce livre:

Seize petits récits jubilants qui peuplent le ciel et la terre d’une pléiade d’anges (et d’ « angesses » !). Ces petits êtres « faits de plume et de rêve » sont rigolos, bons vivants, et leur joie d’aimer est contagieuse ! Plus que des contes, ce sont sans doute des paraboles qui donnent à penser et même, si possible, à prier ! Pour mes petits anges, il y a quatre vertus théologales et non pas trois : à part la foi, l’espérance et la charité, il y a la joie « qui doit être le fond de nos vies » !

Extrait :

« Et [en voyant mourir son Fils en croix], Dieu pleure à longs sanglots, dans son amour paternel piétiné. Et les larmes ruissellent sur ses joues comme des perles étincelantes. Et certaines tombent sur les nuages du ciel, grandes masses molles et fertiles où fleurissent les promesses de beau temps comme les colères de l’orage. Dieu sème ses larmes dans les nuages. Et il en germe des anges de lumière.

Un ange qui naît des larmes de Dieu n’est pas fait pour virevolter autour des pauvres joies des humains et de leurs rêves candides. Un ange qui naît des larmes de Dieu ne peut être que l’infirmier de sa miséricorde. Il vole à tire d’aile, d’un bord à l’autre du chagrin du monde, partout où l’on pleure et où l’on fait pleurer Dieu. Les chagrins d’un enfant sont les plus volatils – petits nuages noirs qu’un souffle de tendresse fait s’envoler. Un petit sanglote toutes les larmes de son corps et même bien davantage. Il semble que la pompe à larmes jamais ne tarira. Un ange passe et souffle à son oreille une histoire hilarante. Et voilà qu’au beau milieu d’un sanglot déchirant, le gosse se met à rire comme un petit fou. Ne lui demandez pas pourquoi. Il ne s’en souvient plus : l’ange est déjà reparti vers d’autres larmes à consoler.

Les chagrins d’adulte sont plus difficiles à déloger. Ils font la guerre des tranchées dans les âmes. Ils se barricadent dans des casemates et des châteaux forts de désespoir. Et les anges déménageurs de chagrin s’usent les bras à aller les chercher au cœur du béton. Il arrive même parfois que les pompiers du ciel ne parviennent pas à éteindre les incendies du cœur…. » (extrait de Au bonheur des anges, « Les Larmes de Dieu ou les anges de la miséricorde »).

Éditions Passiflores, Décembre 2017avec des illustrations hilarantes de Sylvie Lucel 

Michel Barlow est Universitaire retraité (Lettres et Sciences de l’éducation) et théologien protestant. De nombreux ouvrages à thèmes religieux, ces dernières années, essais ou fictions.

Site de mes livres autoédités : barlow.e-monsite.com