Catherine Chalier – Rabbi Chmuel Bornstein (1856-1926). L’espoir hassidique.

Le mot de l’auteur : 

Souvent connu grâce aux récits rapportés par Martin Buber ou réduit à ses éléments les plus populaires  – la danse, la musique –  le courant spirituel juif qu’est le hassidisme reste encore largement  à découvrir. A la suite de précédents ouvrages dans la même série, le volume sur Rabbi Chmuel Bornstein propose une traduction de certains passages de son immense œuvre de commentateur de la Torah. L’étude qui précède cette traduction donne quelques clés pour mieux comprendre l’enjeu spirituel de ce commentaire. On y découvre ainsi le sens du Chabbat, si  central pour cette spiritualité, ou encore comment le Tabernacle matériel a son répondant dans l’intériorité humaine. Mais Rabbi Chmuel Bornstein insiste aussi beaucoup sur le « mauvais penchant » à  combattre en soi-même, nous montrant combien la question du mal est prise beaucoup plus au sérieux par les grands spirituels que par les philosophes. Le désespoir est pour lui « la pire des choses » et il n’a de cesse d’enseigner comment déjouer ses ruses qui sont très profondes. La victoire de ce « penchant » consistant à nous convaincre que notre monde, ce qu’il appelle l’En-Bas, n’a aucune ouverture sur ce qu’il appelle l’En-Haut.

Extrait :

               L’En-Haut et l’En-Bas, ce thème tant médité par les Cabalistes et par d’autres penseurs du hassidisme, se trouve sans cesse revivifié chez R. Chmuel Bornstein. Il cherche en effet toujours à unir, à réconcilier, à opérer des synthèses, parfois déconcertantes d’ailleurs.  L’emprise catastrophique du mal sur les psychismes, sur les vies et sur les mondes se manifeste pour lui dans la séparation de ce qui a pour vocation à rester ou à devenir unis et, inversement, dans la confusion entre des réalités qui doivent demeurer séparées. Dans sa perspective œuvrer à l’union – du corps avec l’esprit, de la terre avec les cieux etc. – ne peut se faire sans lutter corrélativement contre les unions néfastes – vouloir que le corps régisse l’esprit, que la terre prenne le pas sur les cieux, que la mort mette son emprise sur les vies dès maintenant etc. Mais rien n’est acquis une fois pour toutes : la vie humaine est aussi une lutte constante sur ces deux plans indissociables.

               C’est la vocation d’Adam d’unir les mondes, celui de l’En-Haut et celui de l’En-Bas, c’est-à-dire d’accueillir le premier dans le second et de faire monter le second vers le premier. Cela commence très concrètement par l’hospitalité donnée à ceux qui passent, par la place faite en soi-même, au cœur de ses biens et de ses pensées, à ceux qui, sans le savoir, portent sur eux le visage de la Présence divine (Chekhina). Si l’être humain est issu du monde en ce sens qu’il récapitule en lui tous les éléments qui le constituent, il se trouve aussi  face à lui par sa forme et il y joue un rôle central de passeur : du Haut vers le Bas et du Bas vers le Haut.

Éditions Arfuyen, 2019