Jean-Pierre Boulic – L’eau de la grève est si bleue

Pourquoi j’ai écrit ce livre :

Si l’on veut faire court, il y a une vérité : pour chaque personne, il s’agit de vivre, vivre à présent, ici et maintenant.

À partir de cette réalité, mon sujet d’auteur n’est pas d’inventer. Il ne sert à rien de s’étendre à longueur de pages ou de propos sur les pesanteurs de ce qui ne va pas. Sans le nier, au-delà de ce qui peut apparaître détresse des jours où beaucoup de nos contemporains sont livrés au relativisme, à la pression de l’utilitaire et des idoles consuméristes, je suis conduit ou appelé à donner humblement en partage l’histoire d’une rencontre personnelle avec ce qui fait vivre au cœur le surgissement de l’être ; autrement dit, ce qui donne sens à une vie *.

Au travers de mon vécu, au contact de la nature et dans la rencontre des événements dont hommes et femmes sont les acteurs, je tente de suggérer ce qui, à mes yeux, est essentiel et authentique. Même si dans ces événements il y a souvent blessures de l’amour, souffrances physiques ou poids du violent mensonge de nos sociétés.

Par l’innocence du regard de l’enfance – ce secret en soi qui illumine chacun – avec l’encre du cœur humain et les couleurs qu’offre la nature, j’essaie d’apprivoiser, plutôt d’émerveiller ce monde en croyant que le lecteur aura le sentiment d’être plus vivant.

Le regard de la poésie découvre ce qui est en genèse en soi et dans le monde, un monde livré à lui-même qui est à réussir en dépit de tout. Voilà qui nous met face à nos responsabilités : « Serons-nous à la hauteur de l’enfant que nous avons été ? » interroge Colette Nys-Mazure.

* Cf. article « Plaidoyer en faveur de la poésie – Une urgence pour aujourd’hui » in « Christus » n° 259 – juillet 2018

Extraits :

Même si mes yeux
Ne savent voir
Mes oreilles entendre
Je m’avance
Je crois mon pas sans vanité
Au paradis des brumes
Habité d’oiseaux gris
La mer s’incline ici
Mes chants sont accrochés
Aux rochers de la grève.

******
Soir d’éternité
Odeur du sel
Terre et ciel réunis
Le couchant s’allonge
Sous le pédoncule d’un nuage
Laissant un cormoran
Frôler l’onde teintée d’au-delà
Je sais que s’efface le jour
En un souffle imperceptible
Il s’accomplit ainsi
De toutes les œuvres des hommes
Parfois avec la blessure de leur regard.

******
Éditions Des Sources et des Livres 
dessourcesetdeslivres@orange.fr
www.dessourcesetdeslivres.fr

Consulter ci-après la mention faite par les Editions des Sources et des Livres à propos de  ce livre:

https://www.stephanebataillon.com/