Gaële de La Brosse – Brèves des chemins de Compostelle

Mot de l’auteur :

Depuis 33 ans que j’arpente les chemins de Saint-Jacques, je pense en connaître pas mal de recoins… et bon nombre de ses pèlerins. Au cours de mes pèlerinages, reportages, conférences et autres immersions dans le milieu jacquaire, j’ai eu le temps d’y sonder les cœurs et les esprits. J’y ai également collecté des histoires drôles ou insolites, des dictons, des proverbes, des chansons, des devinettes, des acrostiches, des anagrammes, des jeux de mots, des toponymes singuliers, des extraits de livres ou de journaux amusants, étonnants ou curieux. Quelques perles imprudemment postées sur Facebook ou sur Twitter sont également tombées dans mon escarcelle.

C’est ce cabinet de curiosités du pèlerin d’hier et d’aujourd’hui que je vous offre ici, dans l’humour et la bonne humeur. Et avec toute la tendresse que je porte à mes frères et sœurs en chemin ! J’espère que vous sentirez le doux parfum d’amitié fraternelle qui émane de ces pages, ancrée dans un cheminement commun – qui, lui, n’est pas bref, puisqu’il concerne la vie entière.

Extrait :

Lorsque j’ai effectué mon premier Camino francés en 1988, il n’y avait pas de gîte à Foncebadón. Notre guide (le « Bernès ») indiquait : « Abri possible dans une des maisons abandonnées. » En réalité, dans ce paysage désolé, difficile de trouver une toiture couvrant les quelques pans de murs écroulés. Un vrai village fantôme ! Cette vision apocalyptique était accentuée par un ciel d’orage et par l’allure des seuls habitants que nous rencontrâmes : deux gros chiens arborant des colliers à pointes, c’est-à-dire des colliers anti-loups. Cette région, expliquaient les guides, est en effet l’un des derniers refuges du Canis lupus signatus, nom savant du loup ibérique. Autant vous dire que notre nuit à la belle étoile fut plutôt agitée… À l’heure où je rédige ces lignes, soit exactement trente ans après ce pèlerinage, je lis dans le récit de Shirley MacLaine : « Les chiens de Foncebadón représentaient pour moi la seule vraie menace du chemin de Compostelle. J’étais terrifiée. » Mais c’est sans doute là le seul point commun que je partage avec l’actrice américaine !

Suzac Editions, mars 2019