Hommage à Claude Vigée

Claude  Vigée, poète, de l’Ouvert et de l’errance,  est mort le 3 octobre dans sa centième année. 

Avec ses amis  le théologien Olivier Clément,  le philosophe musulman Mohammed Talbi ou l’islamologue Eva de Vitray-Meyerovitch,   il était l’un des fondateurs en 1977 de l’association française des écrivains croyants d’expression francophones  (AECEF)   devenue Ecritures &spiritualités en 2015.

Au nom du bureau et  des membres de l’association,  nous exprimons à sa famille nos vives condoléances et notre gratitude à l’égard de celui qui fut tout au long de sa vie, préoccupé de « descendre  dans la mine du langage, pour en arracher la roche et le minerai ».  Une voix essentielle pour le XXème siècle,  un veilleur pour le XXIème siècle.

Il disait de la prière qu’elle était  « écouter aux portes du silence ». Ainsi de sa poésie,  de sa vie d’homme, vécue comme un combat avec l’ange. 

C’est toujours quelqu’un d’autre,

le Toi silencieux qui se parle en moi-même.

Parfois je m’arrache à l’écoute qui est prière

Et je chante en son nom dans la langue empruntée

A la bouche des morts. Pour lui en moi, pour lui,

Que me traduit

Dans la gorge d’autrui ».

Destin du poète, in Poèmes choisis,  Poésie Points.

Il aurait eu 100 ans en 2021. 

Ecritures &spiritualités  lui rendra hommage  lors d’une rencontre et de lectures au cours de cette année anniversaire.

Une vie d’exils


Né  Claude Strauss,  à Bischwiller (Bas-Rhin) le 3 janvier 1921, Claude  Vigée est issu d’une famille juive établie en Alsace depuis plus de trois siècles.

Ayant terminé ses études secondaires à Strasbourg en 1938, il est expulsé d’Alsace avec tous les siens à la suite de l’occupation nazie.  Étudiant en médecine à Toulouse, il participe à l’organisation de la résistance,  d’octobre 1940 à fin 1942.

Sous le beau nom de plume de Claude Vigée,  (Vie-j’ai),  il publie ses premiers vers dans la revue résistantePoésie 42, chez Pierre Seghers, à Villeneuve-lès-Avignon. Il y rencontre Louis Aragon et Pierre Emmanuel, qui restera son ami.

Réfugié aux Etats-Unis au début de 1943, Il enseigne la littérature française dans différentes universités américaines et correspond avec T. S. Eliot et André Gide. Il rencontre Saint-John Perse, Jorge Guillen, Gaston Bachelard, Albert Camus, Paul Celan.

Arrivé en Israël durant l’été 1960, il enseigne la littérature française et comparée à l’Université hébraïque de Jérusalem jusqu’en 1983.  Il se lie d’amitié avec le philosophe Martin Buber, l’historien Gershom Scholem et le poète Léah Goldberg.   Depuis sa retraite, prise en 1984, il partageait son temps entre Jérusalem et la France.

Invité par le cardinal Lustiger, il avait été en 2006, la première personnalité de confession juive à prendre la parole à Notre-Dame de Paris, dans le cadre des Conférences de Carême.

Claude Vigée a reçu divers prix littéraires français et étrangers, notamment le grand prix de poésie de l’Académie Française, Goncourt de  la Poésie.

Son œuvre  de traducteur est immense.

La compagnie des poètes, sur  France  Culture,  lui consacre une émission spéciale vendredi 16 octobre à 15h. 

Nous vous invitons à participer au colloque en hommage à Claude Vigée qui se tiendra via Vidéo Zoom ce dimanche 29 Octobre de 13h à 19h. « DIRE POUR ÊTREDIRE POUR NAÎTRECLAUDE VIGÉE, POÈTE ET PROPHÈTE »Initié et coordonné par Daniella Pinkstein, ce colloque est organisé par l’Institut Elie Wiesel avec le soutien de la Fondation du Judaïsme Français et en partenariat avec l’Association des Amis de l’Œuvre de Claude Vigée et l’association des Amis de l’Université Hébraique de Jérusalem.

Lire le programme du colloque : http://emailing.infoclip.fr/…/Programme-Hommage-Claude…

INSCRIPTION AU COLLOQUE : https://www.weezevent.com/hommage-claude-vigee

Message de la présidente d’Écritures & Spiritualités

« Etre attentif au langage, c’est être attentif à soi-même » Edmond Jabès,  Du désert au livre

Dans cette période de gravité et de retrait,  nous formons le vœu que, du silence et de la solitude, mûrisse ce travail d’hospitalité essentiel à tout écrivain. Loin des échanges  impulsifs à coups de clics,  l’expérience de la frugalité  s’applique  aux mots que nous échangeons. 

Je nous souhaite, en ce temps nouveau,  de devenir hôtes de nous-mêmes et des autres,  et de plus vaste que nous même… 

Et que de ce désert germent des pages jamais écrites pour éclairer la nuit du monde.    

 Christine Ray,  présidente

INFORMATIONS 

Dans ces circonstances exceptionnelles,  nous vous tiendrons au courant de la reprise de nos activités. Vous pouvez noter les dates des deux prochains événements programmés ; nous espérons vivement pouvoir vous les confirmer dès que possible.
La rencontre autour du livre de  Jean-Philippe de Tonnac  Le cercle des guérisseuses avec l’auteur et Marguerite Kardos, thérapeute, a été reportée au 15 mai.  Le 19 juin, trois comédiennes de trois générations diront  L‘homme qui marche  de Christian BOBIN, avec le luth de Leonardo Loredo de Sà. Le spectacle sera présenté par Marc Bouriche, membre de Écritures & Spiritualités. 

Prochaine rencontre littéraire E&S : 13 Mars 2020

Rencontre avec Marguerite Kardos et Jean-Philippe de Tonnac : 19 h – Espace Poveda -Paris 75014

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Assemblée générale d’Écritures & Spiritualités, suivie d’une rencontre littéraire.

La future assemblée générale d’E&S se tiendra  le 27 janvier 2020 à 18 h à l’espace Poveda, 4 rue Léopold Robert, 75014 Paris.  Elle sera suivie à 20h par une rencontre avec  le rabbin Pauline Bebe et frère Alberto Ambrosio : L’ALTÉRITE SPIRITUELLE

Téléchargez ci-dessous la convocation (ordre du jour, infos pratiques, pouvoir, cotisation 2020 )

Cliquez sur image pour l’agrandir

Réservation souhaitée : colson.bernadette@orange.fr

Quelques échos du salon du livre E&S 2019

Ce dimanche fut une fête pour tous, lecteurs, auteurs, visiteurs, adolescents, scouts, parents, animateurs. Le lectorat était attentif et sensible à cette expérience unique de Lire ensemble  et à l’ouverture à ce qui nous dépasse.

Les auteurs ont aimé : 

 « « …Nous avons eu le bonheur de beaucoup d’échanges très féconds entre auteurs, bien sûr, mais aussi avec un lectorat attentif et bienveillant. 

Rarement la nef des Bernardins aura autant aimablement résonné et bruissé dans l’amitié partagée… 

« « …un  moment de partage, d’échanges d’informations . Une belle illustration du vivre ensemble. De belles rencontres.  Merci à tous.  Un message fort qui vient au bon moment…

…un beau moment d’œcuménisme qui facilite le vivre ensemble et ouvre la porte à ce qui nous dépasse… »

Vivre l’équilibre entre le commun et le singulier

Samuel Gzybowski,  co-fondateur du mouvement Co-exister a à sa manière appelé les générations nouvelles à « ne pas choisir » :  

« S’il devait y avoir une adresse à vous faire, une question, un vœu de ma génération : aidez-nous à ne jamais choisir, c’est-à-dire à ne jamais exclure, entre l’unité et la diversité, entre l’identité et l’altérité, entre la ressemblance et la différence, entre les racines et les branches. Aidez-nous à toujours choisir les deux pour ne pas être dans une injonction plutôt qu’une autre, à être capable de vivre cet équilibre entre le commun et le singulier. »

1er décembre 2019 : Salon du livre organisé par “Ecritures et Spiritualités”, association d’écrivains inspirés par le souffle de la dimension spirituelle. Cette année, le salon est placé sous le signe du chant de la terre pour une rencontre fructueuse entre écologie et spiritualité. Collège des Bernardins, Paris (75), France.