Aïcha Dupoy de Guitard. Gilles Baudry – Eaux intérieures

Le mot des auteurs :

Si chacun pouvait chanter la mélodie secrète de sa vie… ! Ce livre de résonances rêve de vous la faire entendre dans l’inouï de cette cantate des Eaux intérieures à deux voix. Humble splendeur des mots et des couleurs. On est convoqué à chaque bruissement de page au meilleur de soi-même. Livre fermé à regret, la sève en nous poursuit son cours, irrigue encore ce sentiment d’harmonie, de calme et de gratitude. Le temps s’arrête.

Extrait :

« Ode à l’inaperçu »

Combien nous gagnerions

parfois

à perdre notre temps

à contempler

les petits riens

des jours les plus quotidiens

nous accordons

si peu d’estime

à ce qui nous entoure

il y a tant à découvrir

dans tout ce qui nous semble

aller de soi

Éditions Poésie de l’instant – 2019

https://aicha.photos/

Les auteurs :

Moine à l’abbaye de Landévennec, Gilles Baudry est aussi poète de l’intime. Publié depuis 40 ans et en plusieurs langues, il a notamment reçu le prix Antonin-Artaud pour son recueil Il a neigé tant de silence.  Aïcha Dupoy de Guitard, elle, est artiste peintre et fait de la photographie pour le plaisir. Elle expose régulièrement ses travaux en Bretagne.

Aïcha et Gilles sont voisins, et partagent le même regard sur la vie, la nature, les éléments qui les entourent. Le silence et la solitude sont leur source d’inspiration. Après le succès de leur première collaboration  Matin des Arbres, ils nous offrent un nouveau travail sur le même diapason, Eaux intérieures, à la recherche de la source secrète de notre vie.

Chrystelle Claude de Boissieu – Portraits intimes de Marie Noël

Le mot de l’auteur :

2010-2019 : la parution des Portraits intimes de Marie Noël survient neuf ans après leur conception, leur rédaction. Elle devait précéder la publication de l’Almanach pour une jeune fille triste. Qu’importe l’ordre chronologique, elle s’inscrit encore dans une démarche d’édition d’inédits de la Bourguignonne.

                A la suite du livre de chevet dédié aux individus mélancoliques pour dissiper leur vague à l’âme, cet album de photographies s’adresse aux personnes désireuses d’entrer dans l’intimité d’une femme, écrivaine et chrétienne, au vingtième siècle. Selon une approche personnelle, il résulte de ma rencontre avec l’Auxerroise sur sa terre d’élection. Chez elle, j’ai collecté des clichés, développés ou à développer, qui révèlent au gré des âges les facettes d’une fillette qui, devenue adulte, garde sa vie durant la vocation d’être Poète et sainte.

Extrait :

« Connais-moi si tu peux, ô passant, connais-moi !

Je suis ce que tu crois et suis tout le contraire. »

                L’interpellation de Marie Noël résonne tel un défi lancé pour qui aime s’amuser au jeu de cache-cache ou d’une enquête identitaire. Elle invite taquine à déchiffrer l’énigme de sa personnalité. Car la conteuse est mystérieuse. Elle se dissimule derrière des masques aux traits changeants. Elle fait volte-face à tout instant. « Je suis pleine d’alternances et de contradictions. » Se profile alors la finalité de cette entreprise livresque : connaître à travers ses mots et ses images Marie Rouget-Noël. Page après page, il s’agit de la voir et de l’entendre pour la découvrir ou la retrouver.

Éditions Desclée de Brouwer, Octobre 2019

Chrystelle Claude de Boissieu est professeure et chercheuse en Lettres modernes. Elle a édité en 2011 chez Desclee de Brouwer Almanach pour une jeune fille triste de Marie Noël. Elle est actuellement membre de la Commission historique constituée dans le cadre de son procès en béatification. 

Olivier de Lagausie – Frères de Feu

Mot de l’auteur :

Ce roman nous plonge dans la France méridionale du début du XIII° siècle, quand l’Inquisition est confiée aux frères mendiants, chrétiens ardents, autant soucieux du salut de leur prochain que de la défense de l’Eglise.

Sur un fond historique documenté, je voulais m’interroger sur ces hommes qui devaient aimer et condamner. J’ai essayé de placer le lecteur dans les conditions de l’époque en décrivant ces frères de feu, des  moines et des hérétiques, liés par une foi incandescente mais que leur vision du Christianisme opposait fondamentalement. Ce regard sur le dualisme cathare aide à mieux comprendre cette hérésie dont le Midi garde encore la mémoire. Il n’y a pas de bons et de méchants parmi les personnages de ce roman d’aventures : attachants, ils restent des hommes, mus par un idéal.

Extrait :

« Décidément, tant qu’ils seront si incultes, il sera aisé de faire d’eux ce qu’on veut… Ces Bonshommes répandent le mal trop facilement. »

Gaucelm resta un moment silencieux. Il savait que les Bonshommes, les Parfaits, avaient gagné le respect de la population par leur vie humble et austère, et ils en profitaient pour inculquer une foi très dure à vivre, trop sévère, mais porteuse d’espoir. Un espoir pour après. Toujours pour après et jamais pour maintenant, pour aujourd’hui. La belle affaire ! Mais qui sait mesurer la puissance de l’espoir quand la vie n’a rien d’autre à offrir que de la misère alors même que le Ciel ne leur parlait plus.

Sortie en librairie le 27 novembre 2019. Editions Lazare et Capucine. https://www.lazare-capucine.com/produit/freresdefeu/

Olivier de Lagausie : Sous-diacre orthodoxe, éditeur depuis 2016: 25 ouvrages publiés. La collection “Spiritualités” présente des ouvrages mettant en avant la dimension spirituelle du Christianisme, dans un langage ouvert à tous. Premier roman publié par Salvator en 2012, puis six autres ouvrages. “Frères de Feu est son cinquième roman historique.

Xavier Hurbin – Les mendiants

Le mot de l’auteur :

« Les Mendiants » est un grand cahier, voulu par Ève, qui, apprenant sa mort prochaine, demande à son aimé et à ses amis de l’accompagner vers cette inconnue. Chacun y dépose son témoignage, chacun y cherche son propre chemin, aux confins de la vie, de la mort et de l’amour.

Ce livre est tout entier consacré à l’exploration du mystère du Vivant ; sa seule ambition est de contribuer à l’effort commun millénaire pour dire un peu l’Homme.

J’ai choisi la narration pour essayer de parler au cœur et la poésie pour essayer, sans illusion mais avec détermination, de dire l’indicible.

Extrait :

J’étais prête pour l’évaporation ;

Une autre porte s’ouvre, une autre invitation.

Renoncer, renoncer sans fin,

Renoncer à tout, accepter d’être rien,

Renoncer à ce rien du tout,

Pour enfin accepter d’être tout.

Je me réveille à temps,

Je verrai le printemps.

Moi la femme stérile,

Je vais avoir un enfant.

Voyez l’ironie du sort,

Je deviens fertile par la mort ;

Alors qu’elle me couvre de son ombre,

Je deviens enfin féconde.

La Vie est un présent,

Que l’on ne saurait accueillir les bras ballants.

J’attends la Mort, sur le qui-vive,

Je serai, pour elle, une amante active.

Je sens se cristalliser ma substance,

Voici venu le temps de ma naissance.

Ève

Éditions Lazare & Capucine, Septembre 2019

https:www.lazare-capucine.com

Ancien dirigeant en entreprise, Xavier Hurbin exerce aujourd’hui le métier de coach professionnel et apprend celui d’Homme. « Les Mendiants » est son premier ouvrage.

Christine Kristof-Lardet : Sur la terre comme au ciel – Lieux spirituels engagés en écologie

Le mot de l’auteur :

Cet ouvrage est né du désir de relier le monde de la spiritualité et celui de l’écologie qui se tournent encore trop souvent le dos. Etant à la fois militante et (parfois) méditante, j’ai pris conscience de l’importance de soutenir une écologie qui ne se réduit pas à un simple environnementalisme et moins encore à de la politique ou de la technologie… . J’ai choisi d’explorer une écologie plus intégrale qui s’ancre dans une dimension de profondeur et d’intériorité. 
A travers cet ouvrage, je présente une trentaine de communautés de différentes traditions qui puisent dans leur engagement spirituel les ressources de leur engagement écologique. Même si aucune de ces communautés n’est parfaite, chacune représente une tentative de vivre en cohérence des valeurs propres à soutenir la vie sur notre planète et à nous offrir un futur plus harmonieux

Extrait :

…Même si elles ne les mettent pas toujours en œuvre, les traditions spirituelles portent toutes, dans leurs fondements, des principes et des valeurs – non-violence, sens du sacré, respect, fraternité, écoute intérieure, humilité, amour, compassion… –, qui sont autant de « clés » pouvant ouvrir des portes, faciliter l’émergence d’une nouvelle conscience et générer des solutions que nous-mêmes dans « le monde » avons bien du mal à voir s’incarner.

L’état de la planète nous montre clairement que, tout aussi indispensables qu’ils soient, les écogestes – et à fortiori la politique ou la technologie – ne suffisent pas à changer le cours des choses. Cela revient à mettre des pansements sur les plaies béantes de la Terre sans chercher à connaître l’origine de ses blessures. S’interroger sur les causes profondes de la destruction de la nature et de la crise écologique conduit à comprendre que celles-ci s’enracinent en grande partie dans notre cœur, notre esprit, notre culture et notre façon de « penser » le monde. C’est donc là, dans notre esprit et notre cœur, que nous devons aussi chercher des solutions.

Éditions Labor et Fides, Mai 2019

Christine Kristof est journaliste, spécialiste des questions écologiques, co-fondatrice du Mouvement Chrétien Unis pour la Terre, du Réseau des Ecosites Sacrés et de l’association AnimaTerra dont l’objectif est de favoriser le lien à la nature qui nous habite et que nous habitons et de sensibiliser à une approche spirituelle de l’écologie.

www.spiritualitespourlaterre.org et www.animaterra.fr

Brigitte Maillard – Il y a un chemin

 

Le mot de l’auteur :

Ce livre s’est écrit ces deux dernières années. Il poursuit cet élan intérieur, ce dit de l’expérience,  qui va de La simple évidence de la beauté, Soleil vivant soleil, A l’éveil du jour, à L’au-delà-du monde.

Autant de titres de recueils qui tracent un chemin de création. La vie intérieure se dévoile chaque jour un peu plus. La parole poétique la révèle avec une force que je n’imaginais pas. La poésie est à pied d’œuvre sous les nuées… 

Vers libre et prose créent ici un texte poétique dont l’intensité m’a surprise. Il n’impose pas son chemin. Il dit qu’une voie est possible, que la vraie vie n’est pas une image, qu’il s’agit de se mettre au monde pour La vie devenir. Il porte une furieuse espérance.

La vie n’est belle que si tu la désires. Elle t’appartient totalement, et te donne sa liberté consciente et rêveuse, sa tendresse insoumise, sa transe magnifique.

Nous sommes de la même seconde, du même souvenir. Il n’y a pas de distance entre nous, juste ce fragile éclat qui porte le nom de liberté.

Les périodes sombres traversées, n’est-ce pas le chant du vivant qui veut pousser son cri, être percé à jour ?

Extrait :

Renaître chaque seconde de l’ampleur du monde.

Renaître au plus beau souvenir de l’ombre, pour que danse l’image dévoilée. Renaître à la solitude des géants, la nature sauvage, la grâce du vivant. Renaître pour donner au monde ce goût de la renaissance. Cette odeur fraîche sur les papilles, ce transfert des organes à la lune et le ciel en pleine étoile. Première image, premier rouge, premier dommage, premier désir, première victoire, premier soleil, première urgence.

Ouvre le chemin, porte le monde, il est à ta mesure. Sous les dents, l’haleine. Sur la langue sa fraîcheur, son endurance, sa solitude.

L’aventure se déploie. De la rive à la mer je suis le salut des vents, mon seul terrain d’exil.

Vivre sans rien refuser de la vie. Accueillir. Aimer. S’aimer. Vous aimer. Vivre sa fragilité et courir vers le seul lien qui nous relie au cosmos, la lumière !

Librairie Galerie Racine 2019