Pères de l’Eglise : un colloque à La Rochelle

L’association CaritasPatrum et la faculté de droit de La Rochelle organisent les 9, 10 et 11 septembre à La Rochelle un colloque ayant pour thème “Les Pères de l’Église et la chair”. Chez nombre de contemporains marqués par la pensée de Nietzsche ou plus récemment par les considérations de Michel Onfray, le christianisme est la religion de la négation de la chair. La chair comme lieu de l’épanouissement du désir sexuel mais pas seulement : que l’on pense à la bonne chère des gourmets, à l’effort magnifié des sportifs, au bien-être procuré par une thalassothérapie… Or, comment ne pas être frappé par ce paradoxe : au cœur de la foi chrétienne, il y a l’incarnation, le « devenir-chair » de Dieu, et au cœur de sa pratique, la communion à la chair du Christ ?

A partir d’Origène (début IIIe siècle) se multiplient les appels à la continence et les discours affirmant la supériorité du célibat sur le mariage. Les chrétiens désertent les lieux habituels de la sociabilité gréco-romaine que sont le stade, le théâtre ou encore les thermes. La frugalité du monachisme frise parfois la mise en danger d’autrui. Tout cela pour soumettre la chair, quitte à l’assommer !

Il reste à vérifier si une telle présentation est conforme à ce qu’ont vécu réellement les premiers chrétiens de cette relation à la chair comme lieu de leur « être au monde ». C’est à cette tâche que va s’efforcer de répondre le Ve colloque de Patristique de La Rochelle.

Annie Wellens (membre des Ecrivains croyants)

Le colloque se tiendra à Faculté de droit et des sciences politiques de La Rochelle,  45, rue François de Vaux-de-Foletier, domaine universitaire des Minimes. La matinée du dimanche aura lieu à l’Espace Souzy.  Participation à l’ensemble du colloque : 25 € ; une demi-journée : 10 €. Pour pouvoir s’inscrire : écrire à l’Association CaritasPatrum (1 rue de Foncillon – 17200 Royan) ou se rendre directement sur le site de l’association Caritas patrum

Le miel des premiers textes du christianisme

Etre accompagné pour lire les grands auteurs spirituels : Annie Wellens, membre de l’association des Ecrivains croyants, accompagne des livres de cette veine. Elle a créé aux éditions du Cerf la collection de « l’Abeille » qui justifie son appellation par “l’excellence de ces saveurs multiples qui se révèlent dans le secret de la lecture et le désir d’offrir à tout lecteur savant ou non, qu’il manifeste l’appétit d’un lion ou celui d’un oiseau, de quoi se nourrir en goûtant ce qu’il lit…” Reçus dans cette ruche immense des Écritures et des premiers textes des Traditions juive et chrétienne, confrontés aux hôtes d’origines diverses qu’ils y rencontrent, des essaims d’auteurs en sortent, de génération en génération, pour faire à leur tour leur propre miel.

Offrir la lecture « gracieuse » d’une œuvre littéraire, spirituelle ou théologique, à travers la abeilledécouverte d’un titre choisi au sein du corpus d’un auteur, c’est l’esprit qui anime la collection. Plus qu’une formation, elle propose une familiarisation, une initiation et des portes d’entrée. Un lecteur contemporain conquis présente le texte en partant de l’expérience qu’il a lui-même vécue en sa compagnie, dans ce colloque intérieur qu’est la lecture.

Dans un volume inaugural, “La lecture ou la louange des abeilles”, Annie Wellens présente l’esprit de la collection. Dans ce volume, un inédit de Lucien Jerphagnon, membre de l’Académie d’Athènes, rend hommage à Possidius de Calama pour son sauvetage et sa transmission du miel augustinien, alors que les Vandales assiégeaient Hippone et qu’Augustin venait d’y mourir.

Déjà parus :
– Saint Augustin, « La Règle », lue par Pierre Raffin
– « Le pasteur d’Hermas », lu par Philippe Henne
– Nicolas Cabasilas, « La Vie en Christ », lue par Daniel Coffigny
– François Pétrarque, « Mon secret », lu par Denis Montebello
A paraître :
– Chateaubriand, « Le Génie du christianisme », lu par Emmanuel Godo
– Irénée de Lyon, « Adversus Haereses », lu par Marie-laure Chaïeb

En savoir plus… cliquez !