Xavier Patier : Blaise Pascal, La nuit de l’extase

 Pourquoi j’ai écrit ce livre

« Je reviens à ma lubie de me couper de l’actualité, à l’origine de ce livre, et qui est à la portée de chacun. Je la recommande. Tout le monde devrait essayer, ne serait-ce qu’une fois. »

Xavier Patier


 En résumépatier

Que s’est-il passé dans la nuit du 23 novembre 1654, à Paris ? « Depuis environ dix heures et demi du soir jusques environ minuit et demi », Blaise Pascal a connu l’expérience amoureuse la plus forte de sa vie. En bon scientifique, il a noté sur une feuille de papier, en détail, les sensations qu’il a éprouvées, les réminiscences qu’il a eues, les résolutions qu’il a prises.

Sa vie en a-t-elle été changée ? Oui et non. À partir d’une analyse originale de ce document, alimentée par une enquête de terrain, Xavier Patier montre, sous un angle inédit, ce que fut la grande passion de Blaise Pascal, son grand secret. Le génie de Pascal se révèle un guide efficace pour un temps de changement. Au moment où la France est comme en deuil d’elle-même, un avenir se dessine : il s’appelle Blaise Pascal.


 Extrait

« Un soir, je tombe sur une édition ancienne des Pensées de Blaise Pascal (…) L’édition des Pensées que je découvre reproduit en introduction le texte du « Mémorial », les quelques lignes griffonnées par Pascal retrouvées dans la doublure de son habit après sa mort. Je reste en arrêt devant ces mots écrits à la hâte, en secret. »

Blaise Pascal, La nuit de l’extase, Xavier Patier, Éditions du Cerf, février 2014, 176 p., 17 €.

 

 

 

Xavier Patier : Un arbre en hiver

Pourquoi j’ ai écrit ce livre

« Du 21 janvier à la fin du mois d’avril 2010, le musée de la Chasse et de la nature présente une expositions des œuvres du graveur Aymar de Lézardière, graveur mort en 1995, qui a consacré sa vie aux paysages, dans une esthétique dépouillée, proche de Dunoyer de Segonzac. Le livre Un arbre en hiver m’a été demandé à l’occasion de cette exposition. »

Xavier Patier

En résumé…arbre en hiver

Ce livre est un vagabondage littéraire. Il chemine dans des queues d’étangs de la Brenne. Il remonte le temps. Il parle des oiseaux qui traversent en hiver le ciel berrichon.

Extrait :

« Autant l’avouer tout de suite : parmi les images qui me plongent dans une joie douloureuse, celle d’un étang en hiver est souvent  la plus forte, quand les arbres décharnés se découpent à contre-jour et que dans le ciel des vanneaux passent en bataille, ou des canards.  Une joie douloureuse, dis-je. J’aurais  pu aussi bien écrire : une voluptueuse tristesse. »

Un arbre en hiver, Xavier Patier, Aymar de Lézardière, Gallimard, le Cabinet des lettrés, janvier 2010, 64 p., 11 €.