Isabelle Lévy : Menaces religieuses sur l’hôpital

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Dans les hôpitaux publics de France, le prosélytisme religieux est quotidien, autant du côté des personnels de tous statuts que du côté des patients de toutes les religions. Les interprétations des textes sacrés à l’emporte-pièce y sont d’un commun à faire frémir. La loi française et la règlementation hospitalière y sont régulièrement outragées. Nul ne semble s’en préoccuper : ni les élus du peuple, ni le peuple lui-même ! Alors, une fois encore, par la publication de ce témoignage, je réitère mes appels à la raison et je clame haut et fort : l’omniprésence des religions malmène la bonne dispensation des soins dans les hôpitaux publics depuis plus d’une décennie. La menace plane.

Isabelle Lévy

Résumé

L’intrusion du religieux dans les hôpitaux publics perturbe de plus en plus le quotidien du personnel et va jusqu’à mettre des vies en danger. Fruit d’une longue expérience professionnelle et d’une enquête approfondie, ce témoignage révèle des situations aberrantes de plus en plus fréquentes. L’auteur lance un cri d’alarme : l’hôpital public est mis en péril par l’intrusion de pratiques religieuses intransigeantes et inflexibles.

Extrait :

menaces_religieuses_sur_l_hopital“Selon Swami Prajnânpâa, « Les hommes sont égaux mais non identiques. » Ils se distinguent par leur religion, leur culture, leurs traditions, leurs croyances, leur histoire, leur morale… et leur choix de vie. Cependant, ils sont égaux devant la loi des Hommes et doivent le rester. Nul ne peut évoquer ses ‘spécificités’ pour tenter de se dérober à ses obligations légales, à l’hôpital comme ailleurs. Ainsi, la Loi française se positionnant au-dessus de toutes les religions, de tous les usages et de toutes les coutumes, chaque patient se présentant à l’hôpital public – indépendamment de ses origines, de sa nationalité et de ses croyances ; qu’il soit homme ou femme, adulte ou enfant – sera pris en charge sans aucune distinction. Louis Pasteur résume ce principe essentiel de notre République par ces mots : « Je ne te demande pas quelle est ta race, ta nationalité ou ta religion mais quelle est ta souffrance. » Depuis plus d’une décennie, ce fondement est mis à mal (parfois avec violence) par une part de la population vivant dans notre pays, de nationalité française ou non, qui en référence à des textes sacrés, des croyances, des coutumes provenant d’autres pays, refusent de se plier à notre législation et notre règlementation.”

Menaces religieuses sur l’hôpital, Isabelle Lévy, Presses de la Renaissance, février 2011, 273 p., 19 €.

Isabelle Lévy : pour comprendre les pratiques religieuses

Isabelle Lévy publie une nouvelle édition revue et augmentée de son livre paru en 2003, “Pour comprendre les pratiques religieuses des juifs, des chrétiens et des musulmans“.

Pourquoi j’ai écrit ce livre

“Comme beaucoup d’entre nous, je me suis posée de nombreuses questions à propos des religions sans savoir où trouver les réponses. Alors je suis allée à la rencontre de religieux du judaïsme, du christianisme et de l’islam. Pour confirmer leurs dires et parfaire mes connaissances, je me suis plongée dans la lecture de la Bible et du Coran. Pourquoi une telle démarche ? Je voulais comprendre, surtout mieux saisir le sens originel des croyances et des rites religieux, parfois entremêlés de traditions millénaires. ”

Isabelle Lévy

En résuméisabelle levy

Le livre se compose de huit parties qui peuvent être lues dans l’ordre souhaité par chacun : 1. Les croyances ; 2. Les cultes ; 3. Les fêtes, les jeûnes et leurs traditions ; 4. L’hygiène et la pureté du corps ; 5. L’alimentation : prescriptions et interdits ; 6. La vie à deux ; 7. L’enfance et l’adolescence 8. Les religions face à la maladie et à la mort.

Chaque partie regroupe les questions autour desquelles chacun s’interroge : Pourquoi trois religions pour un même Dieu ? Quelles sont les origines des fêtes religieuses et des rites de passage ? Un ouvrage qui évoque les coutumes au quotidien de chaque confession et aborde des thèmes de fonds mais aussi d’actualité.

Extrait

Quels sont les dix commandements ? Après la déification du veau d’or par les Hébreux, l’Éternel proclame l’anéantissement de son peuple. Moïse brise les Tables de la Loi, redescend auprès des siens et fait exécuter les trois mille meneurs. Peu après, Moïse remonte sur le mont Sinaï où il obtient la grâce divine après quarante jours de pénitence. Dieu grave sur de nouvelles tables de pierre le Décalogue (du grec, dix paroles), appelé aussi les dix commandements, car toute parole divine est un ordre.

Si les dix commandements sont connus de chacun, beaucoup ne connaissent pas les 613 commandements : « La Thora est une règle de vie […]. Chaque nation a un art spécifique. Le peuple d’Israël est le lien avec le divin, la spiritualité. C’est le peuple d’élection. Depuis le don de la Thora, les autres peuples doivent respecter les sept commandements édictés au temps de Noé interdisant le blasphème, l’idolâtrie, les perversions sexuelles, le meurtre, le vol, la vivisection et exigeant l’institution de tribunaux de justice. Ceux-là sont sous le même regard de Dieu que le peuple d’Israël qui doit respecter, lui, les six cent treize commandements. »

En effet, les cinq livres constituant l’Ancien Testament renferment six cent treize préceptes décrivant précisément le mode de vie quotidien du fidèle juif. Selon le Talmud, trois cent soixante cinq d’entre eux sont des interdits, chiffre identique au nombre de jours nécessaires à la révolution de la terre autour du soleil, comme si leur importance numéraire empêchait l’homme de quitter le chemin à suivre. Quant aux deux cent quarante huit autres prescriptions positives, leur nombre est étonnamment identique aux éléments du corps humain, tous essentiels à la vie. ”

Pour comprendre les pratiques religieuses des juifs, des chrétiens et des musulmans, Presses de la Renaissance, janvier 2010, 380 p., 21 €.