Christine Chaillot : Les coptes d’Egypte, discriminations et persécutions

Pourquoi j’ai écrit le livre

Suite à l’assassinat de coptes le 6 janvier 2010, j’ai pensé qu’on ne pouvait plus se taire par rapport aux attaques et discriminations subies par les chrétiens coptes en Egypte depuis 1970. Qu’en sera-t-il du destin des chrétiens dans la démocratie promise ? Plus que jamais, le nouveau gouvernement égyptien devra y répondre, en particulier en ce qui concerne tous les droits des chrétiens, y compris en qui concerne leurs droits religieux et leurs droits de citoyens égaux. Il faut réfléchir comment présenter des formes de changements possibles et positifs. Il faudra avant tout faire cesser les violences faites contre les coptes et leurs églises depuis la révolution de janvier-février 2011.

Christine Chaillot

coptesEn résumé

Depuis les années 1970, les chrétiens coptes d’Egypte subissent discriminations, attaques et persécutions qui ont fait nombre de blessés et de morts. Le « printemps arabe » fut pour eux un espoir de courte durée. Car, rapidement, des islamistes ont occupé le terrain de la contestation en Egypte. Depuis 1980 la loi islamique, autrement dit la charia, est « la source principale » de la Constitution égyptienne. Les Européens doivent prendre conscience de la question copte non seulement au nom des Droits de l’homme, mais aussi, parce que le patrimoine incomparable des chrétiens d’Orient disparaît. Ce livre veut être à la fois un ouvrage de référence et un cri d’alarme.

Extrait

Le 11 février 2011, dix-huit jours après les premières manifestations, le peuple égyptien était en liesse : le président Moubarak donnait sa démission après trente ans de pouvoir que beaucoup considéraient comme autoritaire, non démocratique et corrompu. Cette révolution s’est passée de manière relativement pacifique et irréversible. Les prochaines élections parlementaires (28 novembre 2011) et présidentielles, seront-elles vraiment libres ? La révolution aura-t-elle des résultats démocratiques ou islamistes ? Toutes ces interrogations ne doivent cependant pas faire oublier une de grande importance : le sort des minorités égyptiennes, dont la plus nombreuse est la communauté chrétienne copte.

Les coptes d’Egypte, discriminations et persécutions (1970-2011), éditions de l’Œuvre, Préface d’Antoine Sfeir, septembre 2011, 20 €.

Christine Chaillot : Vie et spiritualité des Eglises orthodoxes orientales

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Parmi les plus anciennes Eglises, on compte une famille mal connue, celle des Eglises orthodoxes orientales des traditions syriaque, arménienne, copte et éthiopienne. Ce livre peut être un guide pour tous ceux qui visiteront les pays évoqués, avec une âme de pèlerin. Il peut aussi servir au dialogue œcuménique entre chrétiens, et également au dialogue inter-religieux, en particulier avec les musulmans, autres enfants d’Abraham. Le dialogue passe aussi par la découverte de la spiritualité. Et c’est bien cette spiritualité profonde et vivifiante des Églises orthodoxes orientales que ce livre nous permet de découvrir.

Christine Chaillot

Chaillot_Vie et spiritualité des Eglises orthodoxes orientalesEn résumé

Les orthodoxes orientaux des traditions syriaque, arménienne, copte et éthiopienne sont les témoins vivants d’un christianisme très ancien. La Mésopotamie fut le berceau des Syriaques orthodoxes qui pratiquent encore une langue cousine de l’araméen que parlait le Christ. Les Arméniens furent les premiers à fonder un État-royaume chrétien au tout début du IVe siècle. Les Coptes orthodoxes ont répandu le christianisme en Égypte dès le temps de l’évangéliste saint Marc. Quant aux Éthiopiens, rattachés juridiquement à l’Église copte jusqu’au milieu du XXe siècle, ils ont christianisé officiellement leur région dès le IVe siècle.

Extrait

À travers les siècles, toutes les Églises orthodoxes orientales sont restées inébranlables dans leur foi chrétienne et dans ce but leurs fidèles ont dû affronter de nombreuses difficultés à maintes reprises… La vie spirituelle peut apporter un équilibre ; en même temps, elle permet de rester fidèle à la tradition de son Église, qui est la base de cette spiritualité. Cette tradition, les anciens chrétiens orthodoxes orientaux sont parvenus à la maintenir vivante pendant deux millénaires, avec la grâce de Dieu. L’Église est donc un pilier très important de l’identité et de la spiritualité si riche des chrétiens orthodoxes orientaux. En quelques mots que m’ont dit pendant les interviews des prêtres, des moines et moniales et aussi des laïcs, on reçoit une véritable Leçon de christianisme, ainsi qu’un témoignage chrétien qui montre une confiance sans faille à Dieu, ce qui n’est pas toujours facile à vivre et accepter dans nos sociétés occidentales souvent trop intellectuelles et pas assez abandonnées “à la volonté de Dieu”. N’oublions jamais que ces Églises ont souffert et souffrent encore pour rester fidèles à leur foi chrétienne.”

Vie et spiritualité des Églises orthodoxes orientales des traditions syriaque, arménienne, copte et éthiopienne, Christine Chaillot, Le Cerf, mars 2011.