Jeanne-Marie Baude : lecture des Notes intimes

Pourquoi j’ai écrit ce livre?

Les Notes intimes de Marie Noël (1883-1967) ont été écrites dans le secret pendant près de quarante ans et publiées huit ans avant sa mort. Ce livre fait partie de mes livres de chevet, de ceux qui me nourrissent, m’enchantent, m’inquiètent, au fil du temps. La collection « L’abeille » m’a offert l’occasion de partager ce bonheur de lecture. Aucun ouvrage n’avait jamais été intégralement consacré à ce chef d’œuvre, généralement subordonné à l’étude d’une poésie maintenant injustement oubliée. J’ai été pour ma part guidée par le désir d’aller plus près du mystère de ces « Notes de voyage spirituel », de l’émerveillement et de l’étonnement renouvelés à la lecture de tel ou tel fragment.

Pourquoi un tel décalage entre l’image de Marie Noël en provinciale toute de ferveur naïve, et dont la poésie perpétue la grande tradition catholique, et par ailleurs l’audace, la modernité de la pensée de cette femme exceptionnelle, telle qu’elle se révèle dans sa prose ? Comment expliquer l’horreur de l’auteur pour ce qu’elle appelle crûment « l’incontinence sentimentale » ? Pourquoi cette beauté née des contrastes, entre fantaisie joueuse ou humour corrosif, interrogations tragiques ou recueillement de prières qmarie Noelui s’élèvent vers le sublime ?

J’ai évité, en commentant certains extraits, de les aborder en spécialiste des rapports entre littérature et spiritualité, mais j’ai voulu rendre sensible le dynamisme d’une pensée de poète et de visionnaire qui expose sa foi ardente au questionnement impitoyable de la raison.

Jeanne-Marie Baude


En résumé

Pour éviter les jugements réducteurs sur cette alliance de gaieté franche, et de multiples déchirements, il était indispensable de préciser le contexte sociologique et religieux dans lequel a été élevée et a vécu Marie Rouget, dite Marie Noël. On suivra l’itinéraire d’une lente libération, sur la voie de l’espérance : jamais son moi « sauvage » ne parviendra à se libérer totalement de la soumission et des peurs qu’elle génère ; mais rien ne la détournera de l’amour du Christ. Sa foi restera cependant assombrie par une conception sacrificielle du catholicisme.


Extrait

“Marie Noël se fonde sur l’expérience intime d’une relation complexe, mouvante, tumultueuse, à la présence divine, et sur l’importance donnée à la vie contemplative, à l’intérieur des limites humaines, et au sein d’une misère commune. Elle a dans ses Notes intimes élaboré à son propre usage un langage nouveau, et qui nous concerne encore, langage capable d’embrasser la totalité et la complexité d’une vie spirituelle, dans laquelle l’expression du doute est non seulement tolérée, mais peut être constitutive d’une foi authentique.”

Marie Noël, Notes intimes, lues par Jeanne-Marie Baude, éditions du Cerf, collection de l’abeille, nov. 2012, 163 p., 15€.

 

 

 

Sulivan sur les ondes

sapin
RCF propose une “halte spirituelle” avec Jean Sulivan (1913-1980). Véronique Alzieu reçoit Jeanne-Marie Baude du lundi 3 janvier au vendredi 7 janvier, tous les jours à 5h30, 14h30, 20h45.
Quand un homme libre se parle réellement à lui-même, il s’adresse à tous : sa voix rejoint les paroles endormies au fond de tout vivant“, écrivait Sulivan en 1971.
Reprise en intégralité le samedi 8 janvier de 23 à 24 heures et le dimanche 9 janvier à 9 heures.

renseignements  sur le site RCF