Nos auteurs écrivent

Habiter spirituellement le monde, écrire aux confins du jour, de la nuit,  de soi-même…

Écrire

Nous sommes invités à plonger dans le corps de rêve qu’est le poème. Au fil des mots, ce langage du monde vu de l’intérieur nous entraîne. La chanson est douce. Nous la comprenons et il nous prend même un coup de féerie. La lampe est allumée. La femme assise, silencieuse. Les mots sont éparpillés sur le sol. De la main gauche, elle tire de son cœur de fines lettres qui allongent le fil fixé à la lune. L’index droit imprime sur le papier un mouvement qui fait tourner les lettres sur la page… et la lune descend.

Il y a les écritures du jour et celles de la nuit. Celles-ci vont et viennent dans le silence, heurtées par le soleil. Une nuit éveillée, couleur poème, j’ai su que le monde n’existait peut-être pas. Face à ce qui n’existe pas, les mots me ceinturent la taille, me tiennent à bout de bras alors que je ressens, physiquement, l’absence du monde. Seuls les mots parlent de lui. J’entre dans la nuit de l’invisible, il y a là ce qu’il n’y a pas, étrange solitude. Belle nuit, là où tout se vit, l’intime et le fragile, là où la dérive se porte à merveille.

Écrire pour que la vie redevienne ce qu’elle n’a jamais cessé d’être.

Brigitte Maillard

*/Mis au large…/*


Il y a ces oiseaux invisibles et sereins, joyeux enfants des anges, qui, 
posés sur le balcon des cœurs, picorent les ombres intimes, les orages 
intérieurs ; aller d’effacement, de recommencement, s’adjoindre 
l’horizon, parcourir le silence…

Royaume de l’Innocence entré dans la patience, Présence ultime cachée 
sous l’apparence, laisser monter en nous l’existence apatride ; aspirés 
par l’Espace, bouleversés par Lui, portés au grand Étonnement en 
ascension de « oui », nos cœurs ensemencés entrent en résonance…

Au bruissement des âges, par la reconnaissance du « peu » que nous 
sommes, s’ouvre à l’esprit l’accès vers le « Tout » qui nous crée… Le 
coeur est cette attente de la graine semée, il se donne « patience » à 
la graine germée, explose en fécondité à la graine levée… Et le Semeur 
moissonne la joie qu’IL a semée…

Son Visage espéré donne d’aller au large, d’explorer le vivant, 
d’exalter le Message, d’aller « prière et cœur », de visage en visage, 
de laisser se former dans un reflet d’aimer, au secret d’exister, les 
traits de Son Visage…

Dominique Bouffies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.