Marc Bouriche : “Éclaircies en haute mer – Lettres d’escale” Sixième édition revue et augmentée et illustrée (75 illustrations)

Le mot de l’auteur :

La frange de l’océan en bordure de la terre, la frange du temps aux marges du réel. Nous naissons de l’estran, des mondes intermédiaires. Ni de chair ni d’esprit, peut-être un peu des deux. De leurs noces naquit la joie. Aller sur la mer, naviguer sur le langage, rencontrer l’inconnu de l’autre. Trois passions, trois raisons d’être, trois aventures des lisières.

L’artisan de l’écrit ploie sous l’atavisme d’une impotence, il ne sait répandre l’encre que joyeux, énamouré, libre de vouloirs, soumis aux aléas de l’attente vigile, immergé dans le temps qui s’épand, l’opulence majestueuse d’un fleuve dont la source et la destination restent à jamais dissimulés à son regard. La main qui écrit veille aux conjonctions des constellations, à l’alignement des planètes.

Celles des Lettres qui ont pris leur envol poursuivent leurs métamorphoses à son insu, envoient parfois depuis leurs terres lointaines comme une fragrance de gaieté. Une joie émane de leurs pérégrinations dans les méandres de cœurs croisés sous l’auvent de l’inespéré.

Extrait de la Lettre « La dune, ses hauteurs »

Sur un corps svelte et vigoureux, dans un visage basané, ascétique, les yeux marron clair retenaient l’attention, disaient la joie, la gratitude, la transparence d’un regard sans calcul. Les épreuves d’une vie rude, solitaire, étaient passées par l’athanor d’un cœur simple et brûlant, avaient sculpté une âme d’enfant de soixante-cinq ans. On lisait aux berges du sourire les signes d’une vie d’offrande, de soin, de service.

La méchanceté des hommes roulait sur son âme comme la pluie sur le plumage du colvert. Elle se gaussait de leur cruauté, souriait de leurs ombres. Un bon sang Sicilien reçu en héritage était garant de sa souveraineté, reconduisait aux frontières l’envahisseur. Elle régnait seule sur son lopin. Sa différence la cantonnait aux lisières d’un monde supportant mal d’être laissé pour compte. Il faut au monde une allégeance de ses sujets, sans partage, sans réserves. Angelina ne cherchait pas la marge, elle était la marge.

Éditions Complicités, collection « l’art de transmettre », Novembre 2020

https://www.editions-complicites.fr/pages-auteurs/marc-bouriche/?fbclid=IwAR3e654ZM7WPrHf3ymjCYakU7AmD6ANUaxwlaPTbx3MXdBk9DAniDmjDzu8

Découvrez ci-dessous le recueil du palmarès de l’Académie des jeux floraux 2020 dans lequel a été consignée la recension de ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.