Sylvie Monpoint – Les sentiers oubliés de la beauté

Le mot de l’auteure : 

L’homme post-moderne, propulsé sur les autoroutes de la consommation et de l’expansion technologique, a peu à peu déserté les sentiers mystérieux de la beauté, jusqu’à en perdre la trace. Cet essai, dont chaque chapitre est introduit par un petit texte de prose poétique, évoque la puissance bienfaisante de la beauté, tant au plan physique, psychique que spirituel. Il est une invitation à la redécouvrir et à vivre en « pleine conscience » de la beauté. Que l’on soit athée ou cueilleur de ciel, en écoutant la vie palpiter sous son aile, on ne peut que grandir.

Extrait :          

C’était au temps où toute chose était belle. La Beauté se tenait partout, dans chaque objet, dans chaque visage, dans chaque paysage. Chacun la voyait et lui faisait louange. Puis, un jour, les hommes se lassèrent, la trouvèrent « moins belle », moins puissante, contestable. Ils se mirent à penser qu’ils pouvaient être plus forts que la Beauté. N’étaient-ils pas de leur liberté de choisir ce qui est beau ou pas ? Alors l’universelle Beauté, au lieu de briller en lumière à la surface des choses, ainsi qu’elle l’avait toujours fait, se mit en retrait et, comme un caméléon, elle se farda de leur apparence et se tapit discrètement dans leur ombre. Les hommes, sevrés de cette lumière éclatante, comprirent leur erreur, mais il était trop tard. Ils eurent beau supplier la Beauté, la proclamer « déesse » et lui élever d’immenses statues d’or et de jade, elle demeura retranchée. C’est pourquoi, aujourd’hui, seul celui qui sait voir et lui porter une attention véritable peut en cueillir les bienfaits. Mais elle n’est pas rancunière, la Beauté, et, à celui-là, elle offre sans retenue les mille et un trésors dont elle a le secret.

EDITEUR : Lazare et Capucine. Sortie le 11 mars 2020

Contact : s.monpoint@wanadoo.fr

Sylvie Monpoint est docteur en Médecine, écrivain et conférencière. Elle signe là son troisième essai, après une approche sur la dimension spirituelle de la peau : « La Peau dévoilée » et une réflexion sur l’initiation « Zorro, un initié sous le masque ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.