Bernard GRASSET, Les hommes tissent le chemin, Voyage 2 (2000-2008),

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Les hommes tissent le chemin, Voyage 2, forme un récit de voyage, un récit qui se dit sous la forme du poème. Qu’est-ce que voyager ? C’est découvrir, rencontrer, rechercher. La beauté des paysages, des sites, le bonheur des rencontres, trouve son fil directeur dans la quête d’un Infini, d’un insaisissable, d’une Présence. Le voyage est aventure. En s’associant aux peintures de Jean Kerinvel, ancien professeur de philosophie à l’I.U.F.M. de Nantes, les mots du poème sont entrés en dialogue créatif avec un autre univers, une autre sensibilité, une pensée différente.

B.grasset couverture

Le lecteur qui découvre Les hommes tissent le chemin, Voyage 2, est invité, sur la trace des pas du poète et du peintre, à voyager dans les différentes terres de France et d’Europe frontalière, portant ce regard du cœur et de l’esprit qui accueille la beauté foisonnante du monde avec humanité et reconnaissance.

 Extrait : 
Près de la fontaine un regard fixement
Contemple les volutes du mystère
Et le jardin sonne de calmes cris d’enfants
Dans la rue des poètes brûle un rêve la nuit
Derrière les rideaux un livre s’ouvre
Sur la longue recherche au seuil d’oubli
Reliques d’une lointaine mémoire
Souffle un chemin de feu et de bruine,
Ne pas déchirer, simplement bâtir.

Bernard GRASSET, Les hommes tissent le chemin, Voyage 2 (2000-2008), Peintures de Jean Kerinvel, éditions Soc et Foc, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.