Jacques Mulliez. Traité de la Sainte communion de Thomas More

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Lorsque j’ai découvert ce texte voici une vingtaine d’années, il a complétement modifié mon rapport avec l’Eucharistie. Je rêvais de le faire publier; c’est chose faite. De très nombreux encouragements ont salué sa sortie, tant de la part de clercs que de laïcs.

Couverture more 2

En résumé 

Après une introduction où j’explique quand et pourquoi Thomas More a écrit ce texte, je présente le texte de T.More accompagné de quelques commentaires. On y rencontre la foi d’un croyant qui s’émerveille de l’amour fou d’un Dieu qui s’est fait homme par amour pour chaque être humain.Une dernière partie est un condensé de l’enseignement de l’Eglise catholique depuis le catéchisme de Jérusalem jusqu’au pape François sur la Présence réelle de Dieu dans l’Eucharistie.

Un court extrait 

“Ayant reçu Notre Seigneur, l’ayant présent dans notre corps, n’allons pas le laisser tout seul pour nous occuper d’autre chose sans plus faire aucun cas de lui : seul un malappris traiterait de la sorte le dernier des invités. Qu’il soit notre unique occu­pation. C’est le moment de nous adresser à lui par une fervente prière, de nous entretenir avec lui par de ferventes méditations. Disons avec le psalmiste : J’écouterai les paroles que le Seigneur me dira au creux du coeur (Ps 84,9). Car si nous nous arrachons à toute autre besogne pour lui réserver toute notre attention, il ne manquera pas de prononcer au-dedans de nous, sous forme d’inspirations, telle ou telle parole destinée à nous apporter un grand réconfort spirituel, et à être profitable pour notre âme.”

Jacques Mulliez. Traité de la Sainte communion de Thomas More. Ed. Nouvelle Cité 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.