Marie-France SCHMIDT, Isabelle la Catholique

Pourquoi j’ai écrit ce livre :

Je souhaitais tout d’abord écrire une biographie du Cardinal Cisneros, confesseur de la reine Isabelle la Catholique après 1492, puis l’inspirateur de sa politique religieuse très controversée. Mais les éditeurs pensent qu’un tel livre ne pourrait rencontrer l’ adhésion d’un grand public. J’ai donc entrepris d’écrire sur la bien connue Isabelle la Catholique qui présentait un caractère plus nuancé que ce qu’on a bien voulu dire. Et mon intention était vraiment de la réhabiliter quelque peu grâce à ses qualités de vrai chef d’Etat, et de son œuvre de réorganisation d’une Espagne moderne tournée vers l’Europe et le monde.

Portrait d-Isabelle la Catholique

Résumé :

Après une enfance un peu délaissée puisqu’elle n’était pas destinée à régner, Isabelle tire parti des luttes civiles entre  les nobles et son demi-frère le roi Henri IV, puis à la mort de son frère Alfonso pour préparer son accession au trône de Castille. Cinq ans après son mariage avec l’héritier d’Aragon, Ferdinand, elle monte sur le trône, pacifie son royaume, réalise son unification religieuse et politique par la conquête du royaume de Grenade, l’expulsion des juifs et la christianisation forcée des Maures. Elle met au point des Institutions centralisatrices et favorise le projet de découverte de l’Amérique.  Elle ébauche une politique européenne qui sera pratiquée à grande échelle par son petit –fils et successeur Charles Ier (Charles-Quint).

Extrait :

La première proclamation de Ségovie, 13 décembre 1474 :

« Isabelle promet obéissance aux commandements de l’Eglise et respect aux prélats, elle jure de veiller au bien commun de son peuple et à l’expansion de ses domaines, d’exercer la justice envers les sujets et de sauvegarder les privilèges et les libertés auxquelles ont droit les hildagos, les cités et les villes. Après ces serments, la reine évoque Ferdinand en tant que son légitime époux, et les ovations pleuvent aux cris de « Castille, Castille, Castille pour la reine Notre Seigneurie, la reine Dona Isabelle et pour le roi Ferdinand son légitime époux. »

Editions Perrin, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.