Marcel Légaut : une expérience d’humanité

Dans le cadre de son salon, le 17 mai 2014, l’association des Ecrivains croyants a convié les associations de grandes figures littéraires et/ou spirituelles à participer à cette manifestation. Parmi celles qui seront présentes, l’Association Culturelle Marcel Légaut, qui nous propose de mieux connaître ce penseur du XXe siècle.

Marcel Légaut (1900-1990) a été l’un des grands spirituels du XXe siècle : il n’a cessé d’être en quête d’authenticité dans sa manière de vivre en homme et en disciple de Jésus, au sein de son Eglise catholique, « ma mère et ma croix ».

Brillant normalien, devenu professeur d’université, de 1926 à 1942, à Nancy, à Rennes, à Nantes puis àlegaut Lyon, il devient très tôt l’un des animateurs ardents d’un vaste réseau spirituel de laïcs chrétiens, regroupant des maîtres et des professeurs de l’enseignement public. L’expérience de la guerre le marque profondément. Mobilisé en l939 et appelé à commander une compagnie d’artillerie, il découvre  combien des intellectuels comme lui peuvent être désarmés quand ils sont confrontés aux réalités cruelles de la vie. A quarante ans, non pour fuir le monde mais par exigence et cohérence intime, il abandonne en 1940 la vie protégée de l’université, se marie, et le couple décide de vivre l’expérience de paysans montagnards dans une ferme du Haut Diois, dans la Drôme. Berger et père de famille (sa femme et lui auront six enfants), il n’en poursuit pas moins une activité spirituelle exigeante en lien étroit avec ses compagnons d’avant-guerre et des plus jeunes venus le rejoindre.

Après trente ans de fidélité silencieuse, il perçoit la nécessité de témoigner de ce qu’il vit. En 1971, commencent à paraître ses grands livres majeurs dont « L’homme à la recherche de son humanité » et « Introduction à l’intelligence du passé et de l’avenir du christianisme ». Dès lors, appelé par de nombreux groupes de lecteurs qui se forment non seulement en France mais  en Belgique, en Espagne, en Suisse, en Allemagne et jusqu’au Québec, il devient itinérant jusqu’à sa mort en novembre 1990.

Une démarche spirituelle toujours actuelle

Pourquoi les paroles du vieil homme, sérieux et malicieux, grave et plein d’humour, avaient-elles tant d’écho auprès de tous les publics qu’il rencontrait ? C’est qu’il parlait d’expérience vécue et son témoignage sonnait juste. « Ce que j’ai écrit, je l’ai d’abord pensé et ce que j’ai pensé, je l’ai d’abord vécu. » Cette phrase résume toute sa démarche spirituelle, qui ne triche pas avec les réalités de la vie, mais tente de se les approprier pour en faire une occasion de croissance, de maturation, d’approfondissement intérieur.

Selon Légaut, en effet, pour devenir humain, il est nécessaire avant tout d’oser prendre sa vie en mains à ses risques et périls et, sans tricher, d’être attentif et de répondre aux exigences intimes qui montent de ses profondeurs. Cela suppose d’être présent à soi-même et de ne pas craindre une aventure dont on ne sait pas à l’avance où elle conduira. « On ne sait jamais où l’on va lorsqu’on se lève pour partir. », écrivait Légaut vingt ans après avoir décidé, par fidélité à lui-même, de rompre avec l’université et de devenir berger. Chacun est radicalement seul pour inventer sa voie unique, découvrir sa « mission ». Ce qui ne signifie aucunement l’isolement. Une communauté n’existe que par la vigueur de ses membres, aimait à dire Marcel Légaut. C’est ainsi qu’il imaginait ce que devraient être des communautés chrétiennes vivantes.

Cette recherche d’humanité s’est enracinée dès le début dans sa foi chrétienne se laissant décaper au fil des questionnements incessants et allant à l’essentiel, la personne de Jésus de Nazareth. En retour, sa propre maturation intérieure lui a permis de comprendre sans cesse davantage ce qu’a pu être l’expérience intime vécue par Jésus, ce qui lui faisait dire : on ne devient pas chrétien si l’on ne devient pas humain.

Mais si Légaut fut un disciple fervent de Jésus, il n’a cessé d’affirmer que la démarche d’humanisation qu’il décrivait n’était pas spécifiquement religieuse ni chrétienne. « Les affirmations fondamentales sur lesquelles l’homme doit construire sa vie ne relèvent pas nécessairement du christianisme…Celui-ci a souvent aidé ces affirmations à se préciser… En vérité, elles sont de l’essence de l’homme. Elles ne dépendent pas fondamentalement d’une religion ou de quelque idéologie philosophique » (L’homme à la recherche de son humanité, Ed. Aubier, 1971).

Un vaste réseau  de lecteurs

Des dizaines de groupes de lecteurs de ses œuvres existent non seulement en France, mais aussi en Belgique, en Suisse, en Espagne et au Canada, et disséminés sur tous les continents. Voilà près de cinquante ans, en 1967, Marcel Légaut et ses amis créaient le lieu de rencontres de la Magnanerie, en bordure  de Mirmande, village classé parmi les plus beaux de France, au milieu des collines qui surplombent la vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar. Arrivés à l’âge de la retraite, après une longue vie communautaire, menée surtout durant la période d’été dans la montagne dioise où Légaut était venu s’enraciner en 1940, ils souhaitaient se retrouver plus souvent pour mener ensemble des activités de réflexion spirituelle, dans la détente, l’amitié et le recueillement. Après le succès en 1970-71 des grands livres de Marcel Légaut sur l’aventure spirituelle et chrétienne, la maison vit accourir des dizaines de personnes pour qui la démarche spirituelle de Marcel Légaut rejoignait leurs propres attentes. Depuis sa mort en novembre 1990, la Magnanerie, grâce à l’action de l’Association Culturelle Marcel Légaut (ACML) propose chaque été des séjours à toute personne et à tout groupe qui désire mener une recherche libre sur les questions essentielles, comme celles qui concernent la vie spirituelle, le développement de la personne et la quête de sens.

Jacques Musset

 Site Marcel Légaut : www.marcel-legaut.org

1 réflexion sur « Marcel Légaut : une expérience d’humanité »

  1. je ne connaissais pas Marcel Légaut ! je suis émus de ces quelques paragraphes de Marcel Légaut dans votre site , car ils montre la pensée d’un homme de bonté certainement ! Des éclaireurs , il n’y a n’a plus beaucoup ,et surtout des hommes de courage, qui puissent dire a l’homme son frère : Soit Chrétien si tu veux , mais soit surtout un homme de bien !
    Peu-être que Marcel Légaut avait vu le vide spirituel d’une direction trop matérialiste du monde et l’attraction que celle-ci imprime fortement dans les esprits et les âmes des hommes fragiles et donc de montrer un exemple de simplicité de courage et d’oublie de soi ! Mais nous n’en somment pas encore au stade ou les hommes se convertissent en masse , il faut du temps, et des éducateurs généreux libres et aimant !
    Merci , bien a vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.