Colette Nys-Mazure : Le soleil ni la mort

Pourquoi j’ai écrit ce livre? Vallotton

“J’avais déjà écrit un petit livre pour Dominique Tourte des éditions Invenit autour d’un tableau du Musée de Douai Le Reniement de saint Pierre par un émule du Caravage. L’éditeur – remarquable historien d’art et passionné -, ayant fini le tour des musées du Nord – Pas-de-Calais, s’intéresse désormais aux grandes expos et m’a demandé un texte à propos de Félix Vallotton en vue de la rétrospective qui s’ouvre le 2 octobre 2013 au Grand Palais à Paris. Nous avons choisi le Ballon du Musée d’Orsay, un tableau troublant car il semble solaire et s’avère menaçant. D’où le titre Le Soleil ni la mort… en écho notamment à La vie meurtrière un roman de Vallotton, peintre, graveur, dramaturge, romancier et critique. J’ai donc regardé, laissé décanter …et le livre vient de sortir.”

Colette Nys-Mazure

En résumé

Le ballon (1899) est un tableau majeur dans l’oeuvre de Félix Vallotton (1865-1925). Plus ambiguë qu’elle n’y paraît, cette peinture explore l’opposition lumière et ombre. En la contemplant, Colette Nys-Mazure se remémore le drame de son enfance: la brutale disparition de ses parents alors qu’elle n’est âgée que de 7 ans.

Un extrait


Comment Félix Vallotton a-t-il procédé pour unifier deux univers puisque Le Ballon est composé de deux photographies (n’avait-il pas acquis un Kodak ?) , prises de deux points de vue différents. La première est en hauteur et saisit l’enfant courant derrière le ballon. La deuxième reste au niveau du sol pour fixer les deux femmes dans le parc. Le peintre recourt à des surfaces peintes de couleurs simples qui divisent le tableau d’un part en vert et sombre, d’autre part en beige lumineux. Si les femmes sont figées, l’enfant bouge et les taches contribuent au mouvement.

Ce jeu entre deux plans distincts participe à l’équivoque. Cette enfant enjouée est hors de l’univers des adultes, exposée à tous les périls. Mais simultanément sa liberté nous réjouit à l’heure où l’on vit en surprotégeant les êtres, en les retenant de vivre pour les empêcher de mourir, en châtrant leur intrépidité. Entre prudence et audace, quel chemin ?

Oui, plus je scrute Le Ballon, une œuvre qui semblait radieuse, plus je me sens happée par l’anxiété. Une vieille angoisse enracinée haut dans mon existence : celle de tout perdre, avant de regagner la lumière.

Le Soleil ni la mort, Colette Nys-Mazure, Invenit, collection Exphrasis, octobre 2013, 78 p., 12 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.