Bernard Grasset : De loin, Nébo

Pourquoi j’ai traduit ce livre ?

“Lorsque j’étudiais l’hébreu par correspondance avec l’Institut de la connaissance hébraïque, au cours de la dernière étape, “Initiation à la littérature hébraïque de la Bible à nos jours”, j’avais été frappé par la beauté des poèmes de Rachel que j’avais eus à traduire. Après une thèse sur “les Pensées de Pascal et l’Ecriture”, je suis revenu à la poésie de Rachel dont j’ai commencé à traduire le premier recueil, Regain. La publication d’extraits en revues suscita l’intérêt de lecteurs qui avaient soif de mieux connaître cette poétesse. Ainsi parut, aux Editions Arfuyen, la première traduction de Rachel en français et la première publication d’un recueil à part de celle-ci en traduction sous le titre de Regain. Rachel a écrit trois recueils. La publication de De loin suivi de Nébo présente aux lecteurs francophones les deux derniers recueils de Rachel et doit permettre une connaissance plus complète de cette grande et noble figure de la poésie juive contemporaine.”

Bernard Grasset

En résuménebo

Née en Russie en 1890, Rachel est morte à Tel-Aviv en 1931. Après avoir rêvé de devenir peintre, elle se consacre aux tâches agricoles sur la terre de ses ancêtres. En 1913, elle séjourne à Toulouse pour y étudier l’agronomie. De retour en Palestine en 1919, après avoir travaillé au service de réfugiés à Odessa, elle vit parmi les pionniers au sein du kibboutz de Degania près du lac de Tibériade. Exclue du kibboutz en raison de sa tuberculose, elle deviendra la grande pionnière de la poésie hébraïque contemporaine.

Ses poèmes, proches du chant, nourris de la Bible, peignent la condition humaine en même temps qu’ils racontent d’intenses expériences intérieures. Très largement accueillie au sein du peuple, la poésie de Rachel aura joué un rôle essentiel dans l’adaptation de la langue hébraïque au monde moderne. De loin et Nébo constituent les deux derniers recueils de Rachel et témoignent d’une forte et noble parole poétique.


De loin, Nébo Rachel, traduit par Bernard Grasset, Arfuyen, mai 2013, 212 p., 14 €.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.