La mort, pour quoi ? Débat le 27 avril

L’association des Ecrivains croyants tient sa journée de rencontres-dédicaces le samedi 27 avril de 14h à 19h, dans les salons de la mairie du VIe arrondissement de Paris. Durant ce temps d’échanges, les lecteurs pourront rencontrer une centaine d’auteurs qui se reconnaissent dans les statuts de l’association. Ceux-ci précisent que le livre et la littérature sont conçus comme un espace possible de dialouge avec la société et entre les trois religions monothéistes, le judaïsme, le christianisme et l’islam. Fondée en 1979 par Olivier Clément, André Chouraqui, France Quéré, Claude Vigée, Mohamed Talbi, et d’autres encore, l’association a entretenu ce souci d’un dialogue autour de questions qui ont pu évoluer avec le temps.

pourquoi la mort2Le salon des Ecrivains croyants est toujours l’occasion d’un conférence ouverte au public pour évoquer soit une question de littérature, soit un sujet de société. Cette année, la question de la mort s’est imposée comme étant un sujet d’échanges fructueux entre les religions. “La mort, pour quoi?” est-il demandé aux intervenants. A l’heure ou la fin de vie et l’éventuelle ouverture de l’euthanasie est au programme des réformes législatives, le sujet gagne en urgence. Mais il ne s’agit pas seulement de cet aspect – aussi important et délicat qu’il puisse être. Le thème de la conférence veut aborder “Le regard des religions sur la fin de la vie”. Ainsi, l’âge, la dépendance, la perspective de la fin terrestre, la foi en l’au-delà constituent une vaste ensemble de questionnements possibles.

Trois intervenants présenteront leur propre regard à travers leur tradition monothéiste. Soeur Véronique Margron, dominicaine, théologienne, auteur de plusieurs ouvrages et notamment de Fragiles existences (Bayard) qui lui valut le Prix des Ecrivains croyants 2011, évoquera le regard chrétien en général et catholique en particulier, alors que Kamira Berger, auteur de Eclats d’islam (Albin Michel, 2009) abordera la question selon la tradition musulmane, tandis que le rabbin Victor Malka, auteur du Journal d’un rabbin raté (Seuil, 2009) et des Veilleurs de l’aube (Cerf, 2010) a accepté d’intervenir pour partager l’approche juive de la mort. Le débat sera animée par le philosophe Damien Le Guay, auteurs de nombreux ouvrages et tout récemment de La mort en cendres, la crémation aujourd’hui, que faut-il en penser? (Cerf, 2012).

“La mort, pour quoi ? Le regard des religions sur la fin de la vie”, débat à l’occasion du salon des Ecrivains croyants, samedi 27 avril à 15h30, salons de la mairie du VIe arrondissement de Paris, entrée libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.