Jean-Michel Touche : Le manuscrit de Fatipour

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Imaginé sous la forme d’un conte, ce récit propose deux niveaux de lecture. Le premier, le plus immédiat, invite les jeunes lecteurs à s’aventurer dans un curieux voyage qui, à travers un chemin surprenant et grâce à la complicité d’un cheval très intelligent, les conduira jusqu’à l’étrange ville de Fatipour. Les grands adolescents et les adultes, franchissant le premier degré de cette histoire, sont implicitement invités à s’interroger sur tout ce qui fait notre quotidien et qui, peut-être, masque bien d’autres réalités. Chacun possède au plus profond de soi ses propres mystères qu’une pensée inattendue est susceptible de faire remonter à la surface.

En résumé

Chaque nuit, le même rêve emporte Jérémie dans un monde qui lImage 1‘intrigue et au bord duquel il s’arrête, impuissant devant la colère de la mer. Jusqu’au jour où il finit par pénétrer au cœur de ce songe où l’attend un voyage initiatique surprenant au bout duquel il atteindra enfin Fatipour, la ville déserte. Déserte ? Peut-être pas comme Jérémie s’y attendait. Tout ce qu’il connaît, tout ce sur quoi repose son existence, tout ce qui faisait la réalité de la vie se met à vibrer d’une manière intense…

Extrait

« Jérémie regarde la mer. Et la mer le regarde. Et la mer s’étonne de voir au fond des yeux de Jérémie, comme dans un miroir, le reflet des vagues monstrueuses qu’elle précipite vers le rivage. Certaines, dans un vacarme épouvantable, se fracassent sur les énormes roches que rien ne saurait ébranler. D’autres se ruent vers les dunes immobiles où se tient Jérémie. Elles s’y jettent à la manière d’un fouet venant frapper un corps, et s’en retirent dans le mugissement fou de la tempête, après avoir mordu profondément le sable et l’avoir lacéré comme le dos d’un prisonnier.

Jamais visage humain n’avait rendu à la mer pareil écho de sa colère. Jamais jusqu’à ce jour elle n’avait pris conscience de l’effroyable pouvoir qui est le sien lorsque le vent la creuse, la façonne, la soulève et la projette à l’assaut de la côte. »

Le manuscrit de Fatipour (réédition), Jean-Michel Touche, Editions du Jasmin, janvier 2013, 100 p., 7,50 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.