Le verbe et la promesse

“Je partage le voyage du judaïsme, pas l’arrivée. Pas en terre promise, ma résidence est en marge du campement. Je ne m’approche pas de l’autel et des prières. Ma part de manne est assurée par des lectures en hébreu, ouvertes avant le jour. Je partage l’aube avec celui qui se tait et écoute. Le soir, ma tente est juste hors de l’enclos, mon feu est allumé avec le crottin du même bétail, je les écoute vivre en attente. Je n’en ai pas. Je m’arrêterai avant une terre promise. Mais le verbe qui va avec la promesse est beau : maintenir, tenir par la main. Les miennes sont occupées par un cahier d’écriture.”
Erri de Luca
Et il dit
Gallimard, mai 2012
Image 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.