Claude-Henri Rocquet : Lanza del Vasto, serviteur de la paix

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Auteur du Pèlerinage aux sources (1943), du Chiffre des choses, de La Passion, de Noé, disciple de Gandhi, fondateur de l’ordre de l’Arche, militant non-violent, et l’un des premiers à s’opposer à l’énergie nucléaire, maître de vie intérieure, Lanza del Vasto (1901-1981) nous a quittés il y a trente ans. Ce petit livre veut dire sa présence.

En résumé

Le témoignage et la pensée de Lanza del Vasto, sa lucidité, peuvent éclairer notre chemin. Voici le regard de Claude-Henri Rocquet porté sur l’oeuvre et la vie du maître, sur sa présence, aujourd’hui, Lanza del Vasto – serviteur de la paix est aussi le témoignage d’un long accompagnement, intellectuel, spirituel. Un portrait composé au fil des années comme peut s’écrire un journal. Les dernières pages datent de Fukushima et témoignent de l’héritage de Lanza del Vasto, «Serviteur de la paix», Shantidas, le nom qu’il avait reçu de Gandhi.

Extraitlanza

“« Mes amis, disait Lanza, le temps a passé. » Il avait parlé, debout, il avait enseigné, il avait dit, sans se hâter, ce qu’il avait à dire, ce jour-là, il avait écouté, il avait répondu aux questions, aux objections. Il était temps de se quitter. Il était temps pour lui, et pour nous, de reprendre la route. Le temps était venu d’un temps de silence et de solitude. Il était temps que le silence complète la parole, lui fasse écho. Lanza saluait alors l’assemblée, petite ou grande, faite d’amis fidèles ou de nouveaux venus, par cette formule, cette parole : « Paix, force et joie. »

C’était, en somme, sa signature, son sceau, analogue au monogramme – les initiales du nom liées à la croix de l’Arche, et croix de sa famille, aussi – dont il signait la dédicace de ses livres, ou ses lettres. Une manière de bénédiction et d’encouragement. Le cristal de tout ce qu’il venait de dire et de penser à voix haute, devant nous, avec nous. Il reprenait, s’il l’avait quitté, son haut bâton de pèlerin, sculpté d’images de sa vie et de son pèlerinage en Inde, vers Gandhi. Il s’éloignait, son sac de laine à l’épaule, pieds nus dans des sandales. Et nous avions vécu la rencontre d’un roi mage, d’un sage, d’un inspiré. Nous avions vécu dans sa lumière. Nous avions rencontré un homme présent et hors du temps.”

Lanza del Vasto, serviteur de la paix, Claude-Henri Rocquet, éditions de L’Œuvre, 112 pages, 16 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.