L’heure qui passe

temps

“Je n’écris pas pour maintenir ni pour sauver l’heure qui passe. Je vous écris son passage en moi et ces éclats de toute beauté qui m’en restent, ces brins d’éternité dedans la mort effondrée, entre les pierres de fatigue.”

Christian Bobin, Souveraineté du vide, 1985

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.