L’écriture poétique dans La Documentation catholique

Dans son numéro 2469 du 5 juin 2011, la Documentation catholique publie un article de Christophe Henning, président de l’association des Ecrivains croyants, autour de l’actualité poétique.

“Ni prédication, ni casuistique, la littérature peut-elle avoir affaire avec la quête de Dieu ? Exégèse du doc cathoquotidien, les âmes poétiques approchent le divin à leur manière. Il en est qui, d’évidence, cherchent Dieu ; d’autres qui en parlent à mots (c)ouverts. Parfois même, il passent par l’une et l’autre forme, (dé)montrant par l’écrit l’Incarnation du Verbe.

Ainsi, Christian Bobin a-t-il pu écrire Le Très-Bas (Gallimard, 1992) ou L’homme qui marche (Le Temps qu’il fait, 1995). Mais il approfondit aussi la quête à travers l’écriture humainement poétique, que ce soit avec Les ruines du ciel (Gallimard, 2009) ou son dernier livre, Un assassin blanc comme neige (Gallimard, 2011, 104 p., 11,50 Euros). « Je me demande ce qui manque à la vie quand la beauté la traverse une seconde. Peut-être rien », écrit le poète du Creusot, qui se garde bien de faire de la théologie, même à travers ses élans spirituels : « Je parle si souvent de Dieu qu’on va finir par croire que je le connais »… Pourtant, il y a bien une démarche croyante dans cette écriture, dans le droit fil de Sullivan, Bernanos, Marie Noël : « Les livres sont des huttes pour les âmes, des mangeoires pour les oiseaux de l’éternel, des points de résistance », confesse Christian Bobin, qui complète : « La vie surnaturelle est la vie ordinaire délivrée de nos ensommeillements ».

(…)

La suite de l’article évoque les livres de Philippe Mac Léod, Nathalie Nabert et Jean-Yves Quellec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.