Christophe Henning, prix de littérature religieuse 2011

jardinierL’Association des Ecrivains Croyants d’Expression Française est heureuse et fière de voir son président Christophe Henning distingué : son dernier livre a reçu le prix de littérature religieuse 2011, organisé par le syndicat des libraires de littérature religieuse. « Le jardinier de Tibhirine » présente le témoignage exceptionnel du Père Jean-Marie Lassausse qui s’est confié à notre ami Christophe, notamment lors du voyage de celui-ci à Tibhirine.


Pour moi, l’identité de notre président (élu en octobre 2009) est précisément liée au destin de ces sept martyrs héros du XXe siècle, dont il avait déjà esquissé en 2006 les premiers croquis en écrivant, dans la collection « Petite vie » des éditions Desclée de Brouwer, la « Petite vie des Moines de Tibhirine ». Dans sa conclusion, Christophe se posait la question angoissante de la survie de l’esprit Tibhirine, alors que « Les villageois continuent de suivre le rythme du quotidien avec la blessure secrète d’avoir perdu des êtres chers, des proches, des frères. » (page 103).

o

Ce nouvel essai « Le jardinier de Tibhirine », édité en septembre 2010 par les éditions Bayard, est pour moi le symbole éclatant de l’Espérance et de la Foi victorieuses pour l’éternité du mal absolu représenté par l’assassinat des Innocents. Par sa présence comme gardien des lieux, le père Jean-Marie Lassausse, prêtre de la Mission de France et technicien agricole tout à la fois, témoigne que « mystérieusement, sans bruit, dans le secret des cœurs et de la rencontre, ce jardin irrigué du sang des moines martyrs refleurit » (page 31).

En effet, cinq ans après leur mort, le père Jean-Marie entre dans les saints lieux déserts pour poursuivre l’exploitation… et surtout entretenir la Flamme et la Présence. Deux, trois fois par semaine, il parcourt les 100 km entre Alger et Tibhirine, escorté par des voitures de protection, et partage sa journée entre le soin des pommiers, l’inspection du troupeau de moutons, les semis des plantes potagères… travaux menés en association avec quelques villageois, Mohammed, Youssef et Samir.

o

Ecrivain journaliste, Christophe nous dépeint avec finesse et précision les états d’âme du prêtre jardinier, ses questionnements, ses dialogues avec la population musulmane et ses angoisses devant la tâche à remplir ; « La foi musulmane entre par les pores de ma peau et modifie ma manière de comprendre la foi chrétienne » (page 71). Enfin il trace quelques péripéties de l’histoire même de l’Eglise d’Algérie depuis le temps de saint Augustin, évêque d’Hippone, une analyse qui éclaire la situation actuelle.

L’Association était heureuse de voir son président à l’honneur. Merci Christophe.


Monique Grandjean, secrétaire générale
o

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.