Marie Vidal : Balaam & la Bénédiction

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Parce que j’aime les lettres des alphabets. Enfant, j’ai appris à lire en visualisant les lettres quand je parlais et quand j’écoutais parler ; au cours des années, mes yeux ont persévéré à voir les lettres s’écrire devant eux. Avant Balaam & la Bénédiction, j’avais écrit un livre sur un long Psaume alphabétique ainsi qu’un livre sur la musique de la première lettre, le Aleph hébreu.

Parce que j’aime les lettres à écrire et à poster, j’aime recevoir des lettres et les lire. Mon facteur de grand-père distribuait les nouvelles été comme hiver. M’a-t-il donné cette proximité aux lettres ? Car je le sais, ceux et celles qui font du courrier ne se trouvent pas tout près de leurs destinataires. L’écrivain pris par son besoin d’écrire investit et colore des mots renouvelés ; là, naissent des conversations.

Même si le service postal diminue aujourd’hui en France, je continue à écrire des lettres et à apprécier les lettrines. En ces temps-ci, j’ai choisi les B, C, D, suivies des P, Q, R, afin de Réfléchir sur l’attitude de Balaam face à Israël, il était prophète des nations. Par quels Portails – comme dans l’informatique et Internet – évaluer les Dommages consécutifs à ce que l’historien Jules Isaac appelait dans les années 1960 « L’enseignement du mépris » ? Et face à la Quiétude de certains, pourquoi des inquiets se donnent-ils la responsabilité de montrer la Conscience et d’appeler à la Communication ?

Résumé

Deux formes poétiques alternées. Des mouvements mélodiques sur les Chapitres des Pères, prémices de la Torah Orale et habituellement désignés en hébreu par Pirqei Avot (P.A.). Des interrogations au sujet de liturgies ou de pensers théologiques que vit l’Église à la face du monde et, en particulier, devant les Juifs. Autant de soucis ressentis en urgences ou orientés vers des nouvelles attitudes et un nouveau langage pour les contemporains.

Extraitbalaam vidal

Dans le chapitre « Brusquement » (page 21)

Tel est l’humain

au point précis de son siècle particulier

en accueil à ses « Brusquement » s.

[…]

Comment n’avais-je pas entendu auparavant ?

Pourquoi n’avais-je pas fait attention ?

Quand un sursaut soudain montre la Lumière

l’éclair traverse les profondeurs de la conscience

l’humain accueille avec vivacité la saveur de cette Lumière

il ne pourra l’oublier pour se construire en honnêteté.

Il devient Un.

Balaam & la Bénédiction,  Marie Vidal, Éditions du Cosmogone, décembre 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.