Jacques Mulliez : Prier 15 Jours avec Thomas More

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Je chemine avec lui, Thomas More, jour après jour, depuis près de vingt-cinq ans. Comme avec un ami, en confiance,. Dans certaines de mes tribulations professionnelles, il fut  mon réconfort et ma source d’énergie pour dire NON, c’est-à-dire, à son exemple, arriver à repousser les pressions et refuser les tentations qui allaient contre ma conscience.

Epoux, père de famille, ancien dirigeant d’entreprise, j’ai une profonde gratitude envers saint Thomas More qui m’aide à construire ma vie d’homme et de chrétien, non seulement en paroles mais aussi en actes.

Jacques Mulliez

Résuméthomas more

Pourquoi, au XXIe siècle, s’intéresser et écrire sur un humaniste, érudit, écrivain, auteur de l’Utopie et pédagogue, diplomate et homme politique du XVIe siècle, décapité sur ordre de son roi ? Parce que  sa vie, ses écrits, sa mort interpellent notre temps. Le lecteur est convié à vivre pendant 15 jours sa vie d’époux, de père de famille, d’homme engagé dans la vie, plein d’humour, dont toutes les décisions, y compris l’acceptation de sa mort, martyr de sa foi et de la primauté de sa conscience, ont été éclairées par sa connaissance intime de l’Ecriture, sa vie de prière et son intimité avec le Christ.

Thomas More ayant été proclamé en octobre 2000 par Jean-Paul II, « patron des responsables de gouvernement et des hommes politiques », ce livre souhaite montrer l’actualité et la pertinence de son enseignement, dont plus de 300 églises, collèges, universités, sociétés d’avocats portent son nom dans le monde.

Extrait

Portrait d’un avare selon Thomas More : “Regarde si tu ne vois quelque misérable qui peut à peine marcher tant il est vieux, la tête pendant sur sa poitrine, le corps tordu, avançant petit-peton sur une paire de pantoufles, le bâton dans une main, le chapelet dans l’autre, un pied pratiquement dans la tombe et cependant nullement pressé de se séparer de rien, ni de restituer ce qu’il a mal acquis, mais tout aussi avide de soutirer vingt sous à son voisin que s’il était assuré de vivre jusqu’à sept fois vingt ans.”

Prier 15 Jours avec Thomas More, par Jacques Mulliez. Nouvelle Cité, janvier 2010, 128 p., 12,50 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.