Catherine Chalier : “L’alliance entre la nuit et le jour”

Voici quelques extraits de l’intervention de Catherine Chalier lors de la remise du Prix des Ecrivains croyants, le 14 avril 2010, dans les salons de l’hôtel de ville de Paris.

Catherine Chalier“La  confiance  qui  anime  des  juifs,  des  chrétiens  et  des  musulmans  ne  peut  se  reconnaître  ni  dans  ce  positivisme  ni  dans  ces  contrefaçons  militantes. Cette  confiance  vient  à  l’esprit,  telle  une   infime  et  invincible  intuition  –  à  vérifier  par  sa  vie  propre  –  de  façon  toujours  énigmatique et  surprenante, même s’il faut  aussi  que  nous  nous  rendions  disponibles  pour  elle.  C’est  l’intuition,  puisée  au  clair-obscur  de  soi-même  et  rendue  signifiante  par  ces  Livres,  qu’une  parole  bonne,  une  bénédiction,  est  à  l’œuvre  dans  la  création,  ici  et  maintenant,  malgré  tous  les  démentis  cruels  et  la  souffrance  de  tant  d’hommes.  Or  cette  parole  attend  de  nous  une  réponse,  elle  espère  de  nous  quelque  chose.  Elle n’a  pas  par  elle-même,  du  moins  me  semble-t-il,  la  puissance  de  s’imposer  et  de  se  manifester  à  nous  au  gré  de  nos  besoins  ou  de  notre  attente,  mais  elle  nous demande. (…)

L’ordre  des  noms,  La  nuit,  le  jour,  est  fidèle  à  la  façon  juive  de  penser  la  journée :  celle-ci  commence  le  soir,  traverse  la  nuit  comme  une  promesse  de  lumière  et  atteint  ensuite  le  plein  jour.  Le  judaïsme estime  ainsi  que  sa  confiance  est  inscrite  au  plus  secret  du  cosmos,  malgré  les  menaces  du  tohu  vabohu originel  qui,  partout,  dans  notre  vie  psychique  et  spirituelle,  dans  la  nature  et  dans  l’histoire,  tente  de  s’infiltrer  dans  la  nuit  et  le  jour  pour en  troubler  l’alliance  et  ridiculiser  notre  soif  d’espoir.  Dans  ce  livre,  j’essaie  de  réfléchir  à  l’usage  imagé  que  nous  faisons  de  ces  noms,  la  nuit,  le  jour,  quand  nous  les  associons  à  certaines  de  nos  expériences  spirituelles,  existentielles  ou  historiques. Philosophes,  mystiques,  poètes  et  peintres  sollicités  en  portent  témoignage,  et  il  est  pour  moi  particulièrement  important  de  noter  que,  même  lorsqu’ils  ne  se  réclament  explicitement  d’aucun  Livre  qui  le  leur  aurait  appris,  ils  cèdent  rarement  sur  la  nécessité  de  l’alliance  entre  la  nuit  et  le  jour. (…)

L’alliance  entre  la  nuit  et  le  jour  demeure  donc  au  cœur  de  notre  finitude  notre  bien  le  plus  précieux,  celui  sur  lequel  il  convient  de  veiller  surtout  par  temps  de  violences  incessantes  et  de  haute  précarité  spirituelle.”

Catherine Chalier

La nuit, le jour, au diapason de la création, Catherine Chalier, Seuil, 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.