Christophe Henning : « Au fil des pages, ouvrir une porte intérieure »

Article de Christophe Henning, président de l’association des Ecrivains croyants paru dans la revue Ecoutes et Regards, numéro 79. Extrait.ecoutes et regards

“Etre à la fois « écrivain croyant », est-ce une récupération, un grand écart, une méprise ? Certainement pas. Un défi peut-être : celui de reconnaître que l’écriture est nourrie de ce qu’est l’écrivain, de ce qu’il est dans tout son être, notamment dans une réalité spirituelle qu’il reconnaît et ose nommer. Il ne s’agit pas d’écrire « religieusement » à propos de débats théologiques, pas seulement. L’écrivain croyant se revendique – ou accepte de révéler – qu’il y a une source, intérieure, profonde, intime, qui irrigue ses mots.

Mais évitons deux écueils : tout d’abord, le croyant n’est pas prisonnier de sa tradition religieuse qui le ferait radoter : il doit faire œuvre créatrice s’il veut prétendre à l’humble métier d’écrire. Ensuite, ses livres ne sont pas des textes sacrés : ils sont une chambre d’écho de l’humanité profonde, mais n’en sont jamais l’expression claire, limpide, définitive. Heureusement : chacun balbutie et participe à cette passionnante quête humaine de l’autre, et aussi du Tout-Autre : « Aller vers la beauté à travers l’écriture et l’art en vue d’ouvrir une porte intérieure par où Dieu pourrait entrer… », écrit Henry Bauchau.”

suite de l’article : Ecoutes et Regards, page 9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.