Joël Schmidt : Un cri pour deux

Pourquoi j’ai écrit ce roman

« Je suis né orphelin d’une jumelle qui n’a pas vécu. Dans ma vie comme dans mes romans, j’ai, sans le vouloir vraiment, pratiqué les thèmes et les variations de l’idée du double, en les masquant derrière le fantastique. Puis parvenu à un âge certain, je viens d’ôter tous mes masques, et j’ai raconté comment j’avais pu me raccrocher dans la réalité comme dans la fiction à une princesse des songes qui, bien réelle, et pourtant jamais approchée, a servi de jumelle de substitution toute ma vie durant. »

Joël Schmidt

En résumé… joel-schmidt

Il vit à Paris, est un écrivain reconnu, qui collectionne les maîtresses sans s’attacher à aucune. Elle a grandi dans un petit village de l’Allier, est fonctionnaire des postes, se marie sans amour et sa vie conjugale tourne au fiasco.

Ils se sont à peine croisés, enfants, et n’ont jamais cessé de s’aimer. Un amour né d’un manque, d’une absence. Pour lui, celle de la jumelle perdue, pour elle, celui d’un frère idéalisé. Elle est la fille de sa nourrice, une femme qui lui avait fait une promesse en le quittant : « Mon premier enfant, je l’appelerai Armel, en souvenir de toi. » Une Armelle est née et a bouleversé sa vie.

Au fil des ans, cet amour se transforme en passion. Deux âmes au diapason en dépit de tout ce qui les sépare, qui, pendant 60 ans, vont se chercher, se manquer, se trouver, mais rebrousser chemin et rêver de l’autre dans une quête d’amour absolu.

L’auteur : romancier, historien, critique littéraire, membre de plusieurs jurys et éditeur, Joël Schmidt a publié plus d’une dizaine de romans, la plupart aux Editions Albin Michel.

Extrait :

« Celui là, il crie pour deux ! » Lorsque ma mère entend cette réflexion d’une infirmière au sortir de l’anesthésie, mon destin est scellé. Ma jumelle est morte, et je resterai à jamais seul dans le double berceau qui a été prévu. Ainsi dès que je commence à respirer suis-je investi d’un devoir dont je comprends inconsciemment l’importance : être à la fois moi et quelqu’un d’autre, crier pour deux, parler pour deux, vivre pour deux. »

Un cri pour deux, Albin Michel, janvier 2010, 198 p., 15 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.