Le Noël de l’aveugle

Un texte de Claude-Henri Rocquet, membre de l’association des Ecrivains croyants

Je suis venu conduit par ma canne blanche

Comme la neige qui mouillait mes savates trouées.

Je n’avais plus même un chien pour me guider

Dans la nuit et je frappais de mon bâton les arbres

Dont un corbeau lourd de froidure parfois s’envolait.

Et j’allais, j’allais. Heurté par les basses branches

Des arbres hostiles. Griffé de houx par les halliers.

Fallait-il que je sois fou pour m’être ainsi mis en route

Au lieu de rester blotti près de la cendre encore chaude d’un feu

À l’abri de ce coin de murs qui est mon domicile !

Blotti, pour y mourir, bientôt, et me mêler à la foule de tous les morts,

Les morts, qui sont aveugles de tout leur corps,

Les morts qui sont mêlés pour toujours à la nuit.

Mais je marchais à travers l’hiver et ses morsures comme on revient en rêve vers son enfance.

Un dernier bout de pain dans mon sac et je ne demandais pas en chemin l’aumône.

J’attendais une aumône plus grande que toutes celles que j’ai pu recevoir au long de tous les dimanches.

J’attendais la lumière et de revoir le jour.

J’attendais que cesse enfin la nuit et que se lève en moi l’aube  qui est le don quotidien de tous les autres, et dont jamais ils ne s’étonnent.

J’allais vers un enfant qui venait d’ouvrir les yeux sur le monde.

Me verrait-il ? moi qui ne vois personne.

Je lui demanderais la grâce de me guérir

Comme je sais que dans sa vie il en guérira d’autres

Et même qu’il relèvera  quelques morts.

Je lui dirai : « Seigneur, fais ton premier miracle

Et donne-moi la grâce de te voir.

Seigneur, mon Dieu ! délivre-moi du noir. »

J’entendrai l’âne et le bœuf auprès de la mangeoire remuer dans la paille de l’étable.

J’entendrai l’éclat d’une étoile inouïe se poser sur la maison misérable de l’enfant et de sa mère.

« Enfant, ce monde que tu as créé, si beau, fais que je le revoie !

Il ne me suffit plus de l’entendre et de le toucher, de le respirer.

Il ne me suffit plus de ne le voir qu’en rêve, dans la nuit.

Ouvre la porte de la prison où je suis. »

J’attendrai.

« Seigneur ! Au moins, si ce n’est pas le jour que tu me guérisses, et que je voie, que je vive,

Donne-moi la force de la patience

Et de savoir que ma nuit, d’avoir été emplie d’espérance, en est changée.

Adoucis mon amertume !

Et donne-moi la force de consentir à n’avoir pas été le premier des aveugles, et des malheureux, que ta bonté aura guéris.

Puisque le temps n’était pas encore venu que tu le veuilles. »

Claude-Henri Rocquet

Noël 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.