Prochaine rencontre littéraire E&S : 12 Septembre 2019

Rosie Barba-Negra et les Éditions Albin Michel, en partenariat avec Écritures & Spiritualités, ont le plaisir de vous convier à une rencontre entre Laurence Nobécourt & Sylvie Germain

Le jeudi 12 septembre à partir de 19h, Hôtel de Châtillon, 13 rue Payenne, 75003 Paris – métro Saint-Paul

Réponse indispensable avant le 6 septembre : frederique.pons@albin-michel.fr

Salon du livre 2019 d’Écritures et Spiritualité

Dès à présent, retenez la date du 1er décembre 2019 ! Écritures & Spiritualités vous invite à son Salon du livre  Le chant de la terre  de 14 h à 18h30, au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, Paris Vème

Une centaine d’écrivains – romanciers, essayistes, poètes-  dédicaceront leurs ouvrages dans la grande nef du Collège des Bernardins

Ce Salon est  organisé par  Écritures & Spiritualités, en partenariat avec la Fondation de l’islam de France et l’institut Elie Wiesel. 

Comment les grandes traditions spirituelles répondent-elles aux impératifs de célébrer et soigner la terre des hommes ?   Ce salon,  placé  cette année sous le signe du chant de la terre verra dialoguer des écrivains, ds poètes, des romanciers,  dont les écrits et les  actions témoignent d’une attention à ces biens communs que sont les mers et les terres, les glaciers et les montagnes, les saisons et le climat et nous alertent sur le péril d’une demeure de l’homme inhabitable. 

Un espace sera consacré à la littérature Jeunesse, soucieuse de respect de la nature et des autres traditions. 

Ce salon entend manifester, par les voix  des écrivains,  la gratitude pour l’amour qui meut le ciel et les autres étoiles (Dante), et la responsabilité commune des religions et spiritualités. 
Lectures,  tables rondes, éloge de la terre par trois écrivains de traditions différentes.  Retenez cette journée où tous les âges et toutes les traditions spirituelles se retrouveront autour des livres  et du bien commun qu’est notre terre.

Si vous êtes auteur, l’inscription se fait auprès de Marc Bouriche,    marc.bouriche@wanadoo.fr

La nouvelle lettre d’Écritures & Spiritualité : L’Essentiel n°10

Nous vous invitons à découvrir la nouvelle lettre d’Écritures & Spiritualité : L’Essentiel n°10

L’Essentiel résume les actualités majeures de l’association et permet aux auteurs adhérents de noter sur leur agenda les prochains événements auxquels ils sont conviés.

Jean-Bruno Kerisel – L’empreinte d’un frère

Le mot de l’auteur :

J’allais avoir quinze ans lorsque mon frère aîné, Patrick, s’est donné la mort.

Très proche de notre père, il m’a tyrannisé pendant mon enfance.

Tuberculeux, exclu de la famille à cause de sa maladie, puis mis dans un placard après sa mort, son nom a été interdit.

Porté par la culpabilité familiale, je me suis engagé au service de la Justice, puis dans différentes associations de prévention du suicide et d’aide aux plus démunis.

Mon frère est présent tout au long de ce livre et dans les différents domaines de ma vie : la spiritualité, l’art, la sensualité, le rêve.

Au cœur de mon introspection, il y a le désir d’être absous.

Je le cherche, petite lumière, invisible aux autres, et je le fais vivre.

Extrait :

C’est à l’entrée du Musée d’Art Moderne, avenue du Président Wilson à Paris, que j’ai lu pour la première fois le nom de Mark Rothko.  Il pleuvait ce dimanche de 1999, et j’avais décidé avec un ami de marcher dans Paris. Nous sommes entrés, après avoir hésité. Les indications biographiques concernant ce peintre, inscrites sur les murs, ne m’ont pas plus frappé que ses premières toiles d’inspiration impressionniste ou surréaliste accrochées dans la première salle. J’ai descendu quelques marches.

Alors a surgi en face de moi son grand format : “Orange on Yellow”. Les larmes ont jailli. J’ai poussé la porte d’un jaune flamboyant et suis entré dans la lumière, celle après laquelle je cours depuis toujours. Il n’y avait plus de lieu, plus personne, seulement le silence.

Éditions Pippa, Mai 2019 – Site web : www.pippa.fr

Jean-Bruno Kerisel : Marqué par une tragédie familiale, l’auteur s’est engagé au service de la Justice. En même temps qu’il mène sa carrière d’ingénieur et d’expert, il est attentif aux souffrances dans les différentes associations d’écoute et de défense des droits de chacun. Écrire sur la mort volontaire d’un frère, c’est s’adresser à tous et rappeler la réalité sociale qu’est le suicide.

Remise des prix Écritures & Spiritualités 2019

Le 27 mai 2019, s’est tenue la remise des prix Écritures & Spiritualités. Nous vous invitons à découvrir quelques photos de cette soirée riche de rencontres et de partages.

LES LAURÉATS :

Nayla Tabbara (avec Marie Malzac) , pour : L’Islam pensé par une femme, Bayard

Bruno Pellegrino , pour : Là-bas, août est un mois d’automne, Éd. Zoé

Marcel Comby – De ma terre natale à ma terre intérieure

Le mot de l’auteur :

Les circonstances de la vie donnent naissance soit à des instants de misère profonde, morale ou physique, qui semblent vous détruire inexorablement, soit à des moments plus sublimes de résilience qui vous rendent plus forts. Si l’on découvre finalement que tout cela débouche sur une vision de soi chargée de sens et de transcendance, on appellera cette sorte de métamorphose, un chemin initiatique.

     C’est ce chemin personnel que j’ai voulu décrire. Mais, sur le tard, un certain personnage s’est glissé dans mon être intérieur, je veux parler de Teilhard de Chardin, paléontologue et théologien qui mourut à New York le jour de Pâques 1955, ayant laissé derrière lui une œuvre considérable qui ne fut publiée qu’après sa mort.  

     Teilhard est un penseur dont la vie et la pensée sont parmi les plus toniques et contagieuses de tous les temps mais parfois contestées. Il possède une vision dynamique de l’Univers, et une perception particulière de la vérité fondée, non sur des démonstrations mathématiques ou bien sur de rigides idéologies, mais sur une certaine cohérence des choses qui constitue toute son apologétique. Sa philosophie se trouve centrée sur le concept d’évolution qui donne un sens à toute vie et une ultime convergence vers le Christ. Je lui dois beaucoup !

Extrait :

J’aimais profondément ma terre natale qui, de vignobles en vergers, descendait lentement vers le fleuve avant de faire rayonner au loin la chaîne du Mont Blanc. Les impératifs liés à mon accès au savoir livresque ne m’intéressaient guère bien que j’occupasse toujours la place du premier de la division. En fin de compte, je n’aimais pas l’école ! Malgré tout, je repense à cette petite école publique, aux murs de granit bleu bien taillé, qui me semblait représenter physiquement l’image de la République Française. J’ai apprécié la qualité pédagogique de mes maîtres, hussards de la dite République. Ceux-ci savaient ne pas dispenser qu’un savoir théorique, mais nous mettre en contact avec les différents métiers manuels exercés par des gens de la région. En outre, un grand placard contenait mystérieusement des objets dignes de nous faire comprendre les phénomènes physico-chimiques. Et pourtant, malgré mon indifférence pour les maths et le français, je trouvais exaltant de regarder mon maître écrire sur le tableau. Lorsque, chaque matin, l’instituteur commençait d’écrire majestueusement sur son tableau noir, j’étais, à cet instant précis, en proie à une petite extase. Quelque chose de beau semblait naître chaque jour : un feu qui s’allume. Nous savons que les sagesses de l’Orient enseignent que l’essentiel n’est pas dans la connaissance mais dans le geste. Je l’ai éprouvé très tôt dans ma jeunesse.

Le Lys bleu éditions, Avril 2019