Bénédicte Jeancourt-Galignani, Jésus en BD

Pourquoi j’ai écrit ce livre :

Cette bande dessinée n’est pas un ouvrage historique. Si la vie de Jésus ne fait de doute pour aucun historien, ses faits et gestes, ses paroles, ont été transmises par des hommes qui voulaient témoigner que la vie de cet homme avait bouleversé la leur. En partageant ce qu’ils avaient vu, entendu ou compris, ils partageaient leur foi. Cela a donné les Evangiles.

Guidée par la lecture des Évangiles et de la Bible, par la vie de grands témoins aux cours des siècles et par l’accompagnement patient de croyants d’aujourd’hui, j’ai choisi de croire en ce Dieu-là qui s’est fait homme. Sa présence discrète et tendre accompagne très concrètement mes pas depuis bien longtemps. Le Christ me met en vie. Témoigner de cela n’est pas forcément chose aisée à notre époque et dans notre société. C’est ce que j’ai cherché à faire dans cette BD. Transmettre la foi qui m’habite aux enfants d’aujourd’hui.

Pour concevoir ce scénario, j’ai commencé par plonger dans l’histoire, la géographie et la culture de l’époque. Mais dès lors que je voulais faire un évangile et non un récit, il fallait avant tout me nourrir théologiquement. En tant que rédactrice en chef des magazines Filotéo et Pomme d’Api Soleil, cela fait quinze ans que je « travaille » sur la transmission de la foi. Chaque mois, des biblistes nous aident à décrypter les textes saints pour rendre audibles leur message aux enfants d’aujourd’hui. Ces séances d’exploration biblique avec Christophe Raimbault, Cécile Thuriot, Marc Sevin, Sylvain Gasser, et les intervenants du service national de la catéchèse et du catéchuménat (SNCC), ont nourri ma réflexion.
Entre plusieurs exégèses, j’ai choisi de lire celle de Joseph Ratzinger et plongé avec régal dans son Jésus de Nazareth. Le scénario de cette BD lui doit beaucoup. Mon expérience personnelle de lecture et de méditation biblique, enrichie par l’école de prière des jésuites, par un parcours d’évangélisation des profondeurs et par l’appartenance à une communauté de vie chrétienne a aussi irrigué ce récit.

Chaque page a été une aventure intérieure autant que créative. Il a fallu faire des choix, couper, alléger… Il a fallu remanier, se laisser guider par le savoir-faire d’Anne Bideault, éditrice hors pair. Puis abandonner le scénario aux doigts experts de Li-An qui l’a mis en dessin et lui a donné vie, avant que Laurence Croix ne lui apporte lumière et couleurs. L’ensemble de ces talents a donné ce récit. Il ne manque plus que des lecteurs pour qu’il soit vraiment vivant !

Extrait :

Cliquer ici pour agrandir

Éditions Bayard Jeunesse, Octobre 2017

Bénédicte Jeancourt-Galignani est rédactrice en chef de Pomme d’Api Soleil et Filotéo, deux magazines d’éveil à la foi édités par Bayard. Elle est aussi auteur de plusieurs livres d’éveil religieux édités chez Bayard :
La Bible en BD,
Histoires pour vivre heureux, un recueil de contes de sagesse,
– Un coffret de psaumes écrits spécialement pour les enfants,
Les héros de la Bible, un livre animé pour les 6-10 ans
Que nous dit Jésus
– Les paraboles de Jésus.

Paule Amblard, Le chemin de croix de Jésus

Pourquoi j’ai écrit ce livre :

Enfant, je regardais le chemin de Croix de l’église avec un mélange de mal-être et d’indifférence. Mes yeux s’échappaient de ces visions que je trouvais morbides. Ce sentiment ne me quitta pas jusqu’à ce jour où je pénétrais dans la chapelle de Maurice Denis, à Saint-Germain-en-Laye. Le chemin de Croix m’attendait, éclatant de couleurs vives. Il était à l’image des icônes d’Orient qui représentent un Christ paisible sur la croix, dans la lumière de la Résurrection, et non dans la torture de l’agonie. Grâce au peintre, je me suis faite pèlerine, partant à Jérusalem pour suivre, pas à pas, le Christ dans ses derniers moments. A l’exemple des voyages méditatifs du Moyen Age, grâce aux peintures inspirées de Maurice Denis, j’ai vu comment l’amour transforme la souffrance, la haine et la mort. « Traduire par l’art le sentiment religieux c’est travailler sur notre fonds le plus intime, dégager les mystères de la vie intérieure » dit Maurice Denis. Ainsi est l’art sacré qui transforme celui qui regarde. Le Christ sur le chemin de Croix enseigne une voie d’amour. Il nous porte à aller creuser au plus intime de nous-mêmes pour y trouver la Vie qui ne meurt pas, bien que de nuit. « La Croix est le grand livre de l’art d’aimer » (Pères de l’Eglise).

paule amblard

Extrait du livre :

Station 1 : Condamné à mort
« Ce n’est pas la lumière qui nous manque, ce sont nos yeux qui manquent à la lumière » (Gustave Thibon)

Il dit à ses frères : « Je suis ». Christ, Fils du Béni. « Je suis ». Il dit à Pilate, le gouverneur romain : « Je suis roi, venu pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » Qui veut de ce miroir tendu devant nos âmes ? La lumière est venue, elle est là dans cet homme droit aux yeux baissés vers la terre. Solaire, dans sa tunique rose que l’ombre des hommes tentent de noircir. On l’accuse de blasphème, de troubler l’ordre établi par Rome. On veut mettre à mort la lumière. Les hommes n’aiment pas les accomplissements. Ils préfèrent abolir. Jésus de Nazareth vient d’un petit village de Galilée. Il est devenu un rabbi, thaumaturge, un maître qui enseigne le chemin de Dieu. Le monde espère fiévreusement un Messie, un libérateur de notre condition de terreux, aveugle, invalide du cœur. Il est. Sur cette image, tout nous ramène à lui, le centre. Sa présence aimante notre regard vers son visage grave et recueilli. A le regarder si tranquille, malgré la tempête qui se déchaîne sur lui, on entre dans son silence….