Jean-Pierre Boulic. Ouessant sans fin

Ouessant sans fin

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Ouessant sans fin, fruit d’un long compagnonnage avec l’île, souhaite donner en partage le goût d’un regard contemplatif sur la condition insulaire avec l’intuition qu’elle rejoint toujours celle de tout homme, de toute femme. Il s’agit aussi d’aller au-delà des apparences, de livrer une expérience, Petite musique d’île/Ce beau mystère d’être homme. Même de suggérer, voir, toucher les choses et recevoir en écho l’affirmation du Pape François : « La nature est pleine de mots d’amour » (Laudato si’). Face aux assauts de violence, aux excès ténébreux qui surgissent parfois des parages de l’île, vient alors le poème. Itinéraire spirituel, aussi éloge de la gratitude, avec des mots inattendus, il éveille une capacité à reconnaître les bienfaits de la création, ce premier don qui nous est fait ; il s’attache à discerner et mettre en lumière la tendresse du visage et la beauté en vérité d’un lieu sans détresse sans tristesse, incarnant ainsi le vers célèbre de Rainer Maria Rilke : « Être ici est splendeur ».

ouessant-sans-fin

Extraits

C’est un rien surgi à la frange
Des ciels et courants fous
Roche d’oiseaux et de couleurs
Une île sans âge sans arme
Comme le perce-neige
Sous la longue étole du vent.

L’île ruisselle de bruyères
D’un étonnant silence
Près des murs ou des haies
Où de brefs parterres de roses
Écoutent le bouche à oreille
De l’océan et des nuages.

Si haute si fière au ponant
Sur la paroi des horizons
Éprise d’être au monde
Il y a Ouessant
Et l’âme de sa patience
Sans angoisse au cœur de l’immense.

****

Tu auras fixé une île
De signes ensoleillés
Et de ferventes mouettes
Dans le livre sur la page.

Tu auras donné ton encre
Au souffle de l’océan
Qui rumine va et vient
Sans cesse au regard de l’homme.

Tu auras ouvert les yeux
Aux nuages au-dessus
Des lichens et des bruyères
À toute amarre du cœur.

Vois rien ne manque à ton île
Qui est aussi le royaume
De la parole où surgit
Ce qui demeure invisible.

 

Ouessant sans fin – Minihi Levenez Éditeur – 88 pages – 15 €
distribution : Minihi Levenez – 29800 TREFLEVENEZ

Jean-Pierre Boulic, né en 1944, vit en Finistère. Il a publié, depuis 1976, une vingtaine de recueils de poèmes (particulièrement aux Éditions La Part Commune et Minihi Levenez Éditeur) et écrit plusieurs livrets de cantates (notamment La Cantilène de Dom Mikael). L’ensemble de son œuvre a été distingué à plusieurs reprises.

FacebookTwitterGoogle+

Jean-Pierre BOULIC – Cette simple joie

 Pourquoi j’ai écrit ce livre ?
Si l’univers se construit en chacun, au plus profond et à chaque instant, la quête humaine avec son langage de chair et de sang, ses traces de lumière et ses doutes, s’accomplit par un chemin intérieur.
Un recueil de poèmes est alors fait pour donner à voir et entendre « quelque chose » que l’auteur croit essentiel dans sa démarche et ce au cœur d’un monde où prolifèrent indifférence et  tendances mortifères.
Tel un élan qui découle de la recherche (ou de la tentative de recherche) d’un cœur limpide, ce recueil se veut comme le signe de ce « quelque chose », un cadeau donné en partage. La joie n’est jamais seule ! Bien sûr, il faut garder à l’esprit le sentiment de la fragilité humaine et de sa souffrance mais en pensant à la fleur « espérance », celle-là qui transmet à l’âme ses couleurs, fait le cœur désencombré, met en état de légèreté. Et même s’il n’est pas toujours facile de trouver cet état de simplicité, l’attitude de l’enfant, pour écouter le retentissement en soi de la création et du monde. L’état de légèreté, l’état de simplicité, c’est cette simple joie.
Finalement, c’est poser une sorte d’acte de résistance à ce qui détourne de la dimension spirituelle, à ce qui détourne de « la personne intérieure », avec la conviction que chacun est absolu. Qu’on le veuille ou non, la grâce contribue à la nature des êtres, des choses et, de ce fait, l’homme est uni à Dieu. Mais Dieu, on ne le prouve pas, on l’éprouve, on s’en émerveille à partir de l’homme vivant dans la Création. Il faut aller vers…ce puits pour chercher la source qui est en soi.

couv boulic joie 460X700

Extraits

Comme une ode à la lumière
À la chute de ce jour
Il faudra que le poème
De son chant émerveillé
Dans le bleu nuit de nos songes
De l’orient aux ciels du ponant
Retienne la joie
Qui ne meurt pas.
                     *
Sa voix est ce chant ténu
Ce soir un oiseau murmure
Ce que pense le silence
Et l’air n’a rien retranché
Il s’est contenté de voir
La transparence du jour
Et tout ce qui vit sur terre
Donne souffle à chaque note
Comme une offrande inouïe
Allant toujours sans savoir
Ce soir une voix jubile
La joie n’est jamais avide.

 

 Cette simple joie – Jean-Pierre Boulic – Éditions La Part commune – février 2015
FacebookTwitterGoogle+

Salon des Ecrivains : six heures de lecture

Image 3
.
Lors de la Journée des Écrivains croyants qui se déroulera samedi 27 avril dans les salons de la mairie du 6e arrondissement à Paris, dix-huit auteurs se succéderont pour un relais-lecture de leurs oeuvres dont voici le programme.

 

 

 

Christiane RANCÉ : 14h15-14h25

Prenez-moi tout mais laissez-moi l’extase. Méditation sur la prière, Seuil, 2012. Prix 2013 des Ecrivains croyants, catégorie essai.

Évelyne FRANK : 14h30-14h40

Les roses s’adossent au mur – Sagesse pour quand c’est dur, novembre 2012, L’Harmattan.

Paule AMBLARD : 14h45-14h55

Pèlerinage intérieur, Albin Michel, 2009

Karima BERGER : 15h00-15h10

Toi, ma soeur étrangère, éditions du Rocher, 2012.

Marie-Christine BERNARD : 15h15-15h25

La liberté en actes, ou comment éclairer sa conscience, DDB, 2012.

Jean-Pierre BOULIC : 15h30-15h40

Je vous écris de mes lointains, La Part commune et La Fresque Ed. Minihi Levenez.

Chrystelle CLAUDE : 15h45-15h55

Almanach pour une jeune fille triste, de Marie Noël, DDB, 2011.

Cécilia DUTTER : 16h00-16h10

Savannah dream, Albin Michel, 2013

Bernard GRASSET : 16h15-16h25

Bible, sagesse et philosophie, éditions Ovadia, collection Chemins de pensée ; Feuillages, éditions Jacques André ; Chemin de feu -Poésie et peinture, éditions Le lavoir Saint Martin.

Xavier GRENET : 16h30-16h40

Cahiers-Joies et tourments d’un DRH, Le Cerf ; Dans le silence de Dieu, des mots pour l’espérance, Le Cerf, 2012

Monique HEBRARD : 16h45-16h55

Jésus ou le désir amoureux, DDB, 2013.

Jean LAVOUE : 17h00-17h10

La voie libre de l’intériorité, Salvator, 2012.

Jacques MULLIEZ : 17h15-17h25

Thomas More. Au risque de la conscience, Nouvelle Cité, janvier 2013

Colette NYS-MAZURE : 17h30-17h40

Feux dans la nuit, poésie, « Espace Nord » ; Tu n’es pas seul, Albin Michel ; Les questions de Lucas, Mijade.

Claude-Henri ROCQUET par Annick ROCQUET : 17h45-17h55

Les racines de l’espérance, éditions de L’Œuvre , janvier 2013

Stan ROUGIER : 18h00-18h10

Pour vous, qui suis-je ?, éditions Mame, février 2013.

Etienne SEGUIER : 18h15-18h25

Traverser les épreuves, méditation du chemin de croix, éditions Empreinte temps présent, 2012.

Anne DODEMANT : 18h30-18h40

Même la nuit quand je dors, Albin Michel, 2013

FacebookTwitterGoogle+