Jacqueline Barthes : Le Féminin, un drôle de genre

Pourquoi j’ai écrit ce livre

« J’ai écrit ce livre en réponse à une question qui m’habite depuis toujours: il me fallait comprendre qui sont fondamentalement les femmes. Car comment expliquer cette oppression qui marque universellement l’histoire de leur condition ? Comment expliquer qu’au-delà de contextes souvent très lourds, elles savent rester si vivantes et si capables d’aimer ? En un mot, comment expliquer le «mystère féminin»… ?

Voulant me tenir à distance des poncifs «indiscutables» qui entourent la question, j’ai pris le parti de méthodiquement procéder à une simple observation de la femme au travers de son corps et de ses comportements. Une méthode phénoménologique en sorte. Et, à partir des traits que j’ai relevés et auxquels je cherchais à donner sens, la vérité de l’être de la femme s’est peu à peu dévoilée à mes yeux.

Prit corps alors en moi une cohérence de sens qui m’éblouissait… et j’ai voulu partager ce bonheur. Le cheminement de ma réflexion me paraissait tellement pouvoir parler à toute personne de bonne volonté que j’ai choisi d’écrire un livre sans aucune référence catholique explicite. Mais « silencieusement » les valeurs chrétiennes l’imprègnent totalement. Et j’ai été très émue de voir ma démarche comprise, quand j’ai reçu une invitation du Conseil Pontifical pour les Laïcs à participer, en octobre dernier à Rome, à son séminaire d’étude sur la femme. »

Jacqueline Barthes

 En résuméCouverture Le F un drole de genre

La réflexion de Jacqueline Barthes sur la femme, le féminin, le genre est originale et profonde. Elle part du réel et non d’une théorie qu’elle voudrait faire passer. Elle médite sur la condition de la femme, contemple le corps féminin et ce qu’il révèle de la femme, de son mystère. A partir de là, elle approfondit sa réflexion et pose des questions essentielles sur ce qu’est être femme quand elle n’est plus assujettie aux rôles – à la soumission – que la société lui avait traditionnellement assignés.

Le monde moderne ouvre cette possibilité nouvelle et passionnante, pour la femme comme pour l’homme, de réfléchir à frais nouveaux sur leur propre mystère. Car Jacqueline Barthes pense aussi que la femme ne peut pas toute seule explorer son mystère. Elle a besoin de l’homme pour aller plus loin dans la découverte de son identité profonde. Elle invite la femme et l’homme conjointement à se lancer dans ”la beauté de l’aventure humaine”. J. Barthes est licenciée en théologie, mère de famille et a derrière elle une carrière d’ingénieur.

 Extrait

« Un autre élément s’imposait à moi. Il singularisait fondamentalement le mode de fonctionnement du corps féminin. Ce corps est rythmé par un écoulement périodique de sang. (…) Cette venue de sang est involontaire chez elle. Elle lui est incontrôlable.

Elle a ainsi à vivre l’expérience d’une sorte de domination de son corps sur sa volonté propre, sur sa personne. Ceci la conduit à se comprendre, non seulement comme intégrée au monde et au cosmos, mais comme soumise à ses lois.  D’une façon plus ou moins consciente, plus ou moins enfouie dans la profondeur de sa propre psychologie, il lui faudra accepter cela. Accepter, comme un fait, l’impossibilité d’une maîtrise totale de son être.

(…) Ce sang est porteur d’un avenir possible : permettre à une vie de prendre forme. Comme c’est étonnant ! A nouveau, je me trouvais en face d’un corps qui propose. Qui propose de conduire à la vie. Je me trouvais en face d’une offrande du corps… Dans un corps non fécondé, ce sang s’écoulera. Le corps renouvellera alors sa proposition le mois suivant. En cas de fécondation, cette apparition régulière de sang s’interrompra. L’adhésion du corps (de la volonté même, pourrait-on presque dire aujourd’hui avec la possibilité de la contraception) à ce projet, permettra que ce sang alimente l’être qui débute alors sa gestation en lui.Étonnante expérience qui conduit une femme à se percevoir comme participant à un mystère qui la traverse… mais aussi la transcende. Le mystère de la vie. »

Le Féminin, un drôle de genre, Jacqueline Barthes, Saint Léger Editions, avril 2013, 15 euros.