Les Rencontres d’été Théâtre & Lecture en Normandie

Anne Lenoir, Directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris a le plaisir de vous présenter un Bistrot littéraire dédié au festival :

Les Rencontres d’été Théâtre & Lecture en Normandie 

Mardi 19 juin à 12h30

Philippe Müller, coordinateur général, dévoile quelques-uns des secrets de programmation de cette 17e édition qui a pour thème « J’émerveille ». Il est accompagné par Jérôme Garcin et Colette Nys-Mazure, auteurs invités cet été.

 

Jérôme Garcin est l’auteur de nombreux romans, récits et essais publiés aux éditions Gallimard. Son dernier livre, Le syndrome de Garcin, est paru en 2018. Journaliste, il produit et anime Le Masque et la Plume (France Inter) depuis 1989 et dirige les pages culturelles de L’Obs.

Colette Nys-Mazure est avant tout poétesse – Feux dans la nuit (Espace Nord), Haute enfance (L’Arbre à Paroles)… Elle écrit aussi du théâtre, des romans, des nouvelles, des livres jeunesse, et des essais à succès dont Célébration du quotidien (Desclée de Brouwer). Ses livres sont traduits en plusieurs langues.

Avec l’amicale complicité de la comédienne Frédérique Bruyas et du vioncelliste Adrien Frasse-Sombet.

 

Du 14 juillet au 19 août, Les Rencontres d’été vous convient à plus de quatre‐vingts rendez‐vous dans une cinquantaine de lieux de vingt villes et villages normands : spectacles, lectures, rencontres littéraires, exposition…

Une pause déjeuner en guise de préambule à ce festival normand dédié à la littérature et au théâtre sous toutes leurs formes.

Tarif : 5€
dans la limite des places disponibles.
Réservation souhaitée : 01.53.01.96.96 ou reservation@cwb.fr
Merci de préciser si vous êtes accompagné

Pour toute information : 01.53.01.96.96 ou lettres@cwb.fr ou http://www.cwb.fr/programme/les-rencontres-dete_1

Centre Wallonie-Bruxelles – Salle de spectacle
46 rue Quincampoix 75004 Paris – M° Rambuteau

Bernard Perret – Penser la foi chrétienne après René Girard

Pourquoi j’ai écrit ce livre : 

L’œuvre de René Girard (1923-2015), a remis l’anthropologie religieuse au goût du jour et a influencé en profondeur d’autres domaines des sciences humaines et sociales. Son apport à l’intelligence de la foi chrétienne est considérable : en montrant comment la Passion du Christ dévoile les ressorts de la violence constitutive des sociétés, Girard a éclairé d’un nouveau jour la singularité des Évangiles par rapport aux mythes fondateurs de la culture humaine. Un nombre croissant de théologiens de tous les continents se sont emparés de sa pensée et, grâce à elle, ont entrepris de poser à nouveaux frais les questions du mal, du sacrifice, de la Rédemption et de la violence de Dieu. L’un des bénéfices de cette lecture des Evangiles est de souligner la cohérence entre la prédication du Royaume et la signification des circonstances de la mort de Jésus. Plus largement, elle permet de lire les textes bibliques comme la découverte progressive, par les hommes, de la non-violence de Dieu. Ce livre est d’abord une présentation des enjeux de la pensée de René Girard pour le christianisme et un premier bilan des théologies qui s’en inspirent. Sur la base de cet état de lieux, l’auteur conduit une réflexion plus personnelle sur les rapports entre anthropologie et théologie, et sur l’impact possible de la théorie de Girard dans des domaines comme le rapport entre religion et violence ou le sens du rituel chrétien dans un contexte de sécularisation.

Extrait :

L’œuvre de René Girard a constitué pour beaucoup de ses lecteurs une sorte de révélation. C’est comme si une nouvelle fenêtre s’ouvrait sur le sous-sol du phénomène humain, cette part obscure de nous-mêmes où naissent les passions et la violence, les petites et grandes tragédies dont nous sommes responsables. Grâce à Girard, nous comprenons mieux ce qu’ont deviné depuis longtemps les publicitaires et les démagogues : nos désirs imitent ceux des autres, et de là naissent les rivalités et donc la violence.
Mais c’est la métaphore biblique du bouc émissaire (qu’il n’a pourtant pas inventée) qui, pour beaucoup de gens, résume le mieux sa pensée. Les groupes humains de toute taille et de toute nature trouvent normal de cimenter leur unité sur le dos d’un tiers, ce qu’ils font le plus souvent pacifiquement, presque sans y penser. Nous savons désormais grâce à Girard que cette banale mécanique de la stigmatisation n’a rien d’anodin et qu’elle est constitutive d’une sorte de péché originel de la civilisation. Grâce à lui également, nous avons compris que cette logique victimaire a quelque chose à voir avec les sacrifices rituels, et donc avec le sacré et la religion. Girard, enfin, a aidé les chrétiens à voir la passion du Christ comme un dévoilement et l’amorce d’un dépassement de cette logique victimaire, un lynchage qui récapitule tous les meurtres et toutes les exclusions, raconté du point de vue d’une victime divine revenue parmi nous pour nous pardonner et nous apprendre à nous unir avec les victimes et non plus contre elles, un don de soi que l’on ne peut qualifier de sacrifice qu’au risque d’un grave malentendu.
On vient de résumer à très gros traits ce qu’il est convenu d’appeler la « théorie mimétique », le système des théories emboîtées du désir mimétique, de la violence, du mécanisme victimaire, du sacré et de la religion élaborées par Girard. Cet édifice intellectuel aux multiples facettes a été bâti pour l’essentiel à partir de textes : le génie de son créateur résidait d’abord dans une capacité sans égale à les faire parler, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, de mythes primitifs collectés par les ethnologues ou des textes bibliques.
Ma motivation principale était de répondre à une grande question que Girard a laissée en suspens : qu’en est-il, au vu de sa théorie du sacré et de son interprétation du message chrétien, de la religion chrétienne elle-même, si on la considère non plus seulement comme le véhicule d’un savoir anthropologique, mais, suivant ce qu’en disent avec insistance les textes du Nouveau Testament, comme une voie de Salut offerte par Dieu à chaque personne ?
Les acquis de l’exégèse girardienne ne peuvent être ignorés par les théologiens. Elle souligne mieux que toute autre l’unité des Évangiles, le sens et la nécessité de la Passion comme parachèvement et mise en acte de l’annonce d’un Royaume de pardon et de paix. Mais la tâche demeure d’intégrer cet apport dans une théologie du Salut et dans une théologie de l’Église ou, si l’on veut, dans une théorie de la religion chrétienne comme pratique instituée de conversion. Or, la pensée de Girard est une déconstruction du sacré, voire même du divin, dont on voit mal comment le christianisme en tant que religion pourrait par principe être tenu à l’abri.

Éditions Ad Solem, parution le 23 Mai 2018

Bernard Perret est essayiste,
Il a mené une double carrière de haut fonctionnaire et de chercheur en sciences humaines. Ses travaux touchent des sujets très variés : questions économiques et sociales, écologie, anthropologie sociale, christianisme. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels : L’économie contre la société (avec Guy Roustang ; 1993 ; ré-ed. 2001) ; La Logique de l’espérance (2006) ; Vers une raison écologique (2011).

CONTACT PRESSE :

Estelle Drouard : estelle.drouard@elidia.fr / 01 40 46 54 26 – 06 83 99 35

Barbara Lecompte – Madeleine ou l’incandescence

Pourquoi j’ai écrit ce livre :

Une femme brune est assise dans la nuit, éclairée par la flamme d’une bougie. C’est Madeleine. Mystérieuses toiles que celles du peintre Georges de La Tour, représentant Sainte Marie-Madeleine ; elles recèlent un secret, celui de l’atelier lorrain de l’artiste, celui d’une obsession, méditative, artistique et spirituelle.

Extrait :

Vingt ans se sont écoulés depuis l’éblouissante exposition « Georges de La Tour » au grand Palais. À quand la prochaine réunion des Madeleine ? Quand pourrons-nous cheminer à nouveau d’une toile à l’autre, de station en station, de chandelle en lumignon, de veilleuse en flamme filante, comme le voulut le fier Lorrain, maître des nuits ? Contempler Madeleine, « la Tour de la foi », et méditer sur sa radieuse oraison, son tête à tête mystérieux avec l’Impalpable.
Madeleine ou l’incandescence. Noirceur de notre temps. Ténèbres d’aujourd’hui. Comme ils rassurent ces calmes visages tournés vers l’invisible et l’essentiel ; comme elles apaisent, ces petites lumières, qui jamais ne s’éteignent, couvées des yeux avec amour.

Éditions Arléa
Parution le 24 Mai 2018

Jean-Marie Kerwich, l’ami trop tôt disparu.

« Je m’en allais les poings dans mes poches crevées ; J’allais sous le ciel, Muse ! Et j’étais ton féal ; » Ces deux vers de « Ma bohème » de Rimbaud sont pour moi l’épitaphe que j’eusse aimé graver sur votre tombe, ils vous ressemblent, ils sont à votre image.

 

 

Vous êtes né à Paris en 1952 dans une famille de gitans piémontais ; vous avez longtemps vécu dans le cirque de vos parents où vous avez connu le froid, la faim, les coups aussi donnés par votre père au long de votre apprentissage pour jongler et cracher le feu. Ces coups ont ouvert votre âme à toutes les compassions et à toutes les effluves exhalées de la vie .

Je vous ai connu lors d’un appel téléphonique de l’écrivain Christian Bobin transporté après avoir lu votre « Evangile du Gitan »,disant de votre essai « Le Livre qui manquait à la Bible, entre les imprécations de Job et les espérances de David ; chaque texte de son livre est un paquet d’embruns qui ouvre violemment la fenêtre de l’âme ».

A mon tour, je m’immergeais dans votre parole qui m’enthousiasma et très vite j’organisais autour de vous une rencontre de lecteurs dans une librairie amie. Un an plus tard, le comité du jury de l’association des écrivains croyants d’expression française vous plaça sur sa liste pour son prix littéraire de l’année et parmi une sélection très riche de 13 romans et essais vous receviez le Prix des Ecrivains Croyants d’Expression Française 2009. Ce n’était pas votre première reconnaissance ; pour votre précédente création « L’ange qui boîte « le grand musicien Yehudin avait écrit une laudatio et le poète Jean Grosjean en avait fait son livre de chevet. Votre chant de poèmes rimés est à la fois profond et lyrique ; je voudrais en retranscrire toutes les flammes ; je citerai seulement celles que je préfère « Chaque jour le divin me transmet ses messages à moi le gitan illettré. Mon âme s’attablait et je la regardais écrire. L’idée de Dieu était bonne : créer l’homme pour ne plus être seul dans cet univers infini et avoir un fils dans ses bras. J’ai trahi mon identité de gitan ; j’ai laissé mes poèmes dans la jungle littéraire, j’aurais dû les garder avec moi et les faire lire par les feuilles d’automne ou le vent. Pourtant je ne suis pas un écrivain, je suis un arbre qui marche. Je n’ai pas écrit de livre, j’ai tracé des routes ».

Eh ! Non cher ami, vous n’avez trahi personne, vous avez seulement jeté vos poèmes au vent qui les a portés aux hommes de la cité où on les chante encore aujourd’hui pour notre plus grand bonheur. A Dieu, c’est avec les anges que vous conversez.

Monique Grandjean, Vice-présidente d’Écritures & Spiritualités

Hommage à Jacques Mulliez

Adieu Jacques.

Notre ami Jacques Mulliez est décédé le 6 avril dernier.

 

Le vide est immense
Aussi grand que sa foi
Aussi grand que sa joie.

Il nous reste sa joie. Contagieuse. Lumineuse.
Car il avait embrassé dans ses dernières années cette vocation rare, inestimable, celle du « passeur de joie » :

« Pourquoi cette joie m’habite-t-elle chaque jour un peu plus au crépuscule de mon existence, attendant dans la paix intérieure, d’accueillir l’aube de ma nouvelle naissance ?
Je devrais être mélancolique puisque je vieillis seul depuis que j’ai trouvé avec effroi dans notre cuisine, un matin d’octobre 2012, mon épouse Céliane décédée brusquement. D’autres êtres qui me sont très chers sont morts. J’ai vécu des épreuves lourdes, physiquement, psychologiquement et affectivement.
Et pourtant, je me sens de plus en plus porteur-passeur-semeur de joie dans une société blasée, sceptique, égoïste, avide de richesses matérielles. (…) Je n’avais pas le droit de garder ce don que Dieu a mis en moi : aimer donner la joie de la Vie ! »

Ces mots sont ceux de Jacques pour présenter son livre Passeur de Joie, (2016) qui a reçu le Grand Prix Témoignage de RCF.

Pour nous , membres d’Écritures&spiritualités,
il était un compagnon de route généreux, convaincu de la force de notre communauté d’écriture, toujours présent à chacun.
Il avait choisi de se mettre au service de l’association avec humilité en se chargeant des relances et des adhésions. Il le faisait avec conviction, humour, gentillesse, drôlerie.
Merci Jacques,
Toto corde !

Les obsèques auront lieu mercredi 11 avril, à 14h30, en l’église Saint-Jean-Baptiste de Peronne (80).

Jigmé Thrinlé Gyatso – L’épine et la fleur

Pourquoi j’ai écrit ce livre :  

La réponse est contenue dans le livre. La réponse est le livre lui-même !
Mais pour répondre de manière plus conventionnelle, je dirais que ma poésie tente d’amener le lecteur à comprendre que l’expérience du réel et l’expérience de l’esprit ne sont pas deux.
Contrairement à mon précédent livre, Présence des fougères, celui-ci a commencé par l’évidence du titre, L’épine et la fleur. Ainsi parfois le titre initie le livre, d’autres fois c’est l’inverse.
Il s’agit ici d’un seul poème qui, à la manière d’une suite musicale ou philosophique, s’élabore, s’improvise ou se décline autour du titre, ici et là par sérendipité comme le poème y fait une fois allusion…
C’est d’ailleurs aussi à partir du titre uniquement que j’ai demandé à l’ami plasticien Gérard Haton-Gauthier de bien vouloir me faire une série de quelques encres. Quel étonnement de constater la correspondance flagrante entre ses sept encres et mon texte !
L’épine et la fleur représentent, entre autres choses, deux facettes de notre humanité. Mon écriture part souvent de la nature pour aller vers l’esprit, tout en développant une certaine critique du comportement de l’humanité vis-à-vis de la nature ainsi qu’une mise en évidence de notre ignorance de la nature de l’esprit.
Je cherche aussi à ce que l’aspect didactique de la pensée soit sublimé par la poétique afin d’amener à une expérience intérieure en même temps qu’à l’expérience du réel dans sa singularité — ici par des références à la côte vendéenne avec sa faune et sa flore — et dans son universalité.
L’épine et la fleur est suivi du poème Charlie s’en tire toute la vie avec le dire et le rire, écrit les 9 et 10 janvier 2015. Trois ans après les attentats de Paris, ce texte reste d’actualité, mais sa part universelle est plus flagrante avec le recul.

Extrait :

tout est là
dans le cœur
épine et fleur

l’épine est pensée
de même la fleur

hors la pensée
où est l’épine
où est la fleur ?

même l’expérience
de l’épine n’est pas l’épine

même l’expérience
de la fleur n’est pas la fleur…

[…]

au cœur du tourbillon enivrant
de la danse cosmique
et microscopique
se cache l’épine
de l’inconnaissance
dont s’émancipe
le corps-esprit
qui s’épanouit
loin des arguties

Éditions de l’Astronome, Mars 2018.

Moine bouddhiste et poète, Jigmé Thrinlé Gyatso a vécu 14 ans en communauté puis 14 ans en retraites solitaires en France et dans l’Himalaya. Auteur d’une douzaine d’ouvrages (http://www.editions-astronome.com/auteur/lama-jigme-thrinle-gyatso/), il vit en Vendée et partage son expérience spirituelle lors de retraites de méditation collectives et lors de conférences en France et en Europe.