Catherine Chalier.  La gravité de l’amour

Catherine Chalier.  La gravité de l’amour. Philosophie et spiritualité juives.

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Comment réfléchir à  l’amour dans la tradition juive alors que la critique chrétienne a voulu priver cette tradition d’une réelle pensée de l’amour sous prétexte de la centralité de sa Loi ? Ce livre s’efforce de montrer comment les philosophes et les spirituels juifs – attentifs aux textes de la Torah – ont pourtant déployé une pensée de l’amour de grande importance.  Ils ont  eu ainsi  une  haute  conscience de  l’amour  de  Dieu  –  à  entendre,  comme  l’amour  qu’on  lui  porte et  comme  celui qu’Il  porte  à Ses  créatures –    et  de  l’amour  du  prochain,  ainsi  que  du  lien  entre  ces  différentes  expressions  de l’amour. Ils  en  ont  profondément  médité   la  complexité  théologique,  spirituelle,  émotionnelle  et  morale,  et  montré  ce  qu’elles  mettaient  en  jeu,  concrètement,  sensiblement,  dans  la  vie  humaine, sans sous-estimer les immenses difficultés théoriques et existentielles  qu’elles engagent. Ce livre analyse ces pensées en  gardant  à  l’esprit  que  le  verbe  « aimer »  et  le  mot  « amour »  si  souvent   galvaudés  et  maltraités exigent  beaucoup  de  pudeur   et de  gravité dans leur  emploi  sous  peine  de  les  confondre  avec  de  fades  ou  brutales  contrefaçons.
Le  choix  des  questions  examinées dépend  du  sentiment  de  leur caractère  impérieux  face  aux  simplifications  outrancières  qui  s’imposent  si souvent  en matière de  religion  dans  les  sociétés  modernes.  Ainsi,  pour  ne  prendre  qu’un  exemple,  central  dans  le  judaïsme  pour  le présent  propos :  sauf  à  devenir  un  leitmotiv  sans  engagement  intellectuel,  spirituel,  moral  et  émotionnel,  les  mots  répétés,  matin  et soir : « et  tu  aimeras  l’Eternel  ton  Dieu,  de  tout ton cœur,  de  toute  ton  âme  et  de  toutes  tes  forces »  (Dt 6, 5),  ne  cessent  d’exiger  de celui/celle  qui  les  dit  qu’il/elle  s’efforce  d’en  découvrir  la  vérité.  Non  pas  une  vérité  objective  et  définitive,  mais  une  vérité  existentielle  appelée  à  orienter  la  vie  de celui/celle  qui  les  prononce,  dans  le  clair-obscur  de ses  jours.  La question se pose aussi toutefois de savoir ce que peut faire un philosophe avec une telle vérité qui semble peu compatible avec un contenu rationnel.
 chalier photo9782130736851_v100

Extrait :

« Quand le mot « amour »  vient à l’esprit à propos de Dieu, il  s’agit d’une expérience, d’un témoignage ou d’une transmission de la mémoire de celui-ci, plutôt que d’une élaboration théologique abstraite censée décrire l’essence de Dieu, n’est-il pas préférable d’employer un verbe qui évoque la dynamique d’un événement plutôt qu’un attribut qui analyse l’essence suprême  – ce qu’une certaine théologie appelle telle –  de façon intemporelle ? Dire « Dieu aime »,  plutôt que Dieu est amour, ne revient pas à substituer une facilité de langage à une difficulté théorique, mais à éviter d’enfermer le mot Dieu dans une définition.  Cela convie   en outre à  souligner que l’expérience qu’en font les êtres humains, au cœur de leurs vies éphémères et si souvent éprouvées, doit  être interrogée constamment. Cette expérience,  à chaque instant fragile, voire prête à s’effacer pour céder la place à une nuit opaque, se partage évidemment de façon malaisée.  C’est pourquoi, sauf à en faire une incantation insignifiante, uniquement destinée à tarir les doutes avant qu’ils se lèvent, et cela souvent de façon autoritaire, la proposition « Dieu aime »  doit  se mesurer à une épreuve personnelle et collective »
Catherine Chalier est professeur émérite de philosophie. Elle a publié de nombreux ouvrages sur la source hébraïque de la pensée dont Lire la Torah (Seuil) et Aux sources du hassidisme, le Maggid de Mézéritch (Arfuyen).
Catherine Chalier.  La gravité de l’amour.  Philosophie et spiritualité juives. Paris, PUF, 2016.

 

FacebookTwitterGoogle+

Jean-Pierre Boulic. Ouessant sans fin

Ouessant sans fin

Pourquoi j’ai écrit ce livre ?

Ouessant sans fin, fruit d’un long compagnonnage avec l’île, souhaite donner en partage le goût d’un regard contemplatif sur la condition insulaire avec l’intuition qu’elle rejoint toujours celle de tout homme, de toute femme. Il s’agit aussi d’aller au-delà des apparences, de livrer une expérience, Petite musique d’île/Ce beau mystère d’être homme. Même de suggérer, voir, toucher les choses et recevoir en écho l’affirmation du Pape François : « La nature est pleine de mots d’amour » (Laudato si’). Face aux assauts de violence, aux excès ténébreux qui surgissent parfois des parages de l’île, vient alors le poème. Itinéraire spirituel, aussi éloge de la gratitude, avec des mots inattendus, il éveille une capacité à reconnaître les bienfaits de la création, ce premier don qui nous est fait ; il s’attache à discerner et mettre en lumière la tendresse du visage et la beauté en vérité d’un lieu sans détresse sans tristesse, incarnant ainsi le vers célèbre de Rainer Maria Rilke : « Être ici est splendeur ».

ouessant-sans-fin

Extraits

C’est un rien surgi à la frange
Des ciels et courants fous
Roche d’oiseaux et de couleurs
Une île sans âge sans arme
Comme le perce-neige
Sous la longue étole du vent.

L’île ruisselle de bruyères
D’un étonnant silence
Près des murs ou des haies
Où de brefs parterres de roses
Écoutent le bouche à oreille
De l’océan et des nuages.

Si haute si fière au ponant
Sur la paroi des horizons
Éprise d’être au monde
Il y a Ouessant
Et l’âme de sa patience
Sans angoisse au cœur de l’immense.

****

Tu auras fixé une île
De signes ensoleillés
Et de ferventes mouettes
Dans le livre sur la page.

Tu auras donné ton encre
Au souffle de l’océan
Qui rumine va et vient
Sans cesse au regard de l’homme.

Tu auras ouvert les yeux
Aux nuages au-dessus
Des lichens et des bruyères
À toute amarre du cœur.

Vois rien ne manque à ton île
Qui est aussi le royaume
De la parole où surgit
Ce qui demeure invisible.

 

Ouessant sans fin – Minihi Levenez Éditeur – 88 pages – 15 €
distribution : Minihi Levenez – 29800 TREFLEVENEZ

Jean-Pierre Boulic, né en 1944, vit en Finistère. Il a publié, depuis 1976, une vingtaine de recueils de poèmes (particulièrement aux Éditions La Part Commune et Minihi Levenez Éditeur) et écrit plusieurs livrets de cantates (notamment La Cantilène de Dom Mikael). L’ensemble de son œuvre a été distingué à plusieurs reprises.

FacebookTwitterGoogle+

Sélection 2017 du Prix Ecritures & Spiritualités !

selection-2017-prix-ecrituresspiritualites-page-001

LITTERATURE
L’enfant qui mesurait le monde, Metin Arditi, Grasset
Destiny, Pierrette Fleutiaux, Actes Sud
Et je serai toujours avec toi, Armel Job, Robert Laffont
Le grand jeu, Cécile Minard, Rivages
Tout dort paisiblement, sauf l’amour, Claude Pujade-Renaud, Actes Sud
Azyme, Jean-Philippe de Tonnac, Actes Sud
 
Bande dessinée
Réfugiés.Cinq pays, cinq camps, Uwe Timm, Laurent Gaudé, Didier Daeninckx, Atiq Rahimi, Arte
 
ESSAIS
L’épreuve de la haine, Marc Crépon, Odile Jacob
Dieu par la face nord, Hervé Clerc, Albin Michel
Chrétien et moderne, Philippe d’Iribarne, Gallimard
Paysage d’hiver, Christine Jordis, Albin Michel
La beauté du monde, Jean Starobinski, Gallimard
Esther, Le nom voilé, Claudine Vassas, CNRS
 

Ces livres ont été sélectionnés par le jury du Prix Ecritures & Spiritualités 2017 composé de :

François Sureau, Président d’Honneur, Karima Berger, Présidente du Jury d’Ecritures & Spiritualités, Leili Anvar, Geneviève Bouchiat, Catherine Chalier, Monique Grandjean, Olivier Germain-Thomas,  Christophe Henning, Victor Malka, Colette Nys-Mazure, Alain Vircondelet.

Attribution du Prix le 9 mai 2017 !

FacebookTwitterGoogle+

4 mars 2017 : Inscription au Salon annuel d’Ecritures & Spiritualités


INVITATION A PARTICIPER AU SALON d’Écritures & Spiritualités

Inscriptions au salon terminées !!!  

EC3

 Ecritures & Spiritualités qui soutient et promeut la littérature inspirée par les grandes traditions spirituelles est heureuse de vous inviter à participer à son prochain salon du livre, qui marquera aussi le 40ème anniversaire de l’association :

Samedi 4 mars de 14H à 19H   à la mairie du 6ème arrondissement
         Place Saint Sulpice 75006 PARIS
Vous le savez, ce salon n’est pas une rencontre comme les autres :
Il est un espace de dialogue et d’échanges tout à fait unique, espace nécessaire à notre temps : inspirés par la dimension spirituelle explicitement ou implicitement,  essais, romans, témoignages et poésie sont proposés par leurs auteurs qui pourront les dédicacer. Les lecteurs pourront ainsi découvrir la vision d’une création littéraire orientée sur la connaissance du sacré et la diversité de ses manifestations,
 Le thème  de cette année sera orienté sur le couple « Poésie et Religion ».   Cette tension, pouvant être perçue aujourd’hui comme désuète sinon paradoxale sera interrogée et débattue. Les religions, même menacées, perdurent, moins en raison de l’ordre qu’elles édictent que de la puissance poétique et spirituelle qu’elles déploient.
La table ronde  sera animée par VIRGINIE LAROUSSE, rédactrice en chef du Monde des religions, qui donnera à chacun la possibilité de nourrir sa réflexion par la participation d’invités de renom :
  • LEILI ANVAR, spécialiste de l’islam mystique et traductrice de poésie persane,
  • EMMANUEL MOSES, poète, romancier, traducteur de poésie hébraïque,
  • GABRIEL RINGLET, théologien, écrivain et poète.
Le salon sera parrainé par le Printemps des poètes.
L’équipe d’organisation du salon mettra tout en œuvre, dans la mesure de nos moyens, pour réussir ce rendez-vous annuel et valoriser au mieux la production littéraire de nos membres et adhérents.
Tous les auteurs, adhérents à Écritures & Spiritualités et ayant publié un livre entre 2014 et 2017 sont invités à participer au Salon et à présenter leurs ouvrages, romans, essais, nouvelles, poésie, BD…
En espérant que vous répondrez positivement à notre invitation et dans l’attente de nous retrouver nombreux le 4 mars prochain, je vous souhaite une poétique, légère et lumineuse fin d’année.

Karima BERGER

Présidente
FacebookTwitterGoogle+